Wan, la ville du ciel...Din, la ville de la terre... Quel camp choisirez-vous?

Partagez | 
 

 Journal de bataille du Dragon Rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgane Gorri

Dragon Rouge

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Wan
Occupation : Gladiateur
Opinion politique : Tous mérite une et unique chance de survivre
Arme(s) : Art martiaux, versatile
Messages : 8

MessageSujet: Journal de bataille du Dragon Rouge   Ven 11 Oct - 21:51

Bienvenu visiteur!

Ici seront posté les aventures les plus épiques, les plus étranges et les plus remarquables que Morgane à vécu dans l'arène. Dans le désordre chronologique, vous pourrez observer les grand actes d'une des élites de l'arène.

Et comme vous allez le voir, être une élite se mérite dans la douleur et le sang...



Qu'est-ce que l'arène?
L'arène est un lieu vide et fermé entièrement entouré d'holoprojecteurs et de générateurs de champs de force. Une fois à l'intérieur, les hologrammes donnent l'illusion de différents terrains et effet météorologiques. De plus, les lois de la physiques peuvent être modifiés, comme la gravité ou la densité de certains matériaux.
Ainsi, les combats peuvent sembler se passer dans la jungle comme dans une station spatiales.

Après la 40ème cession, les projecteurs de champs de forces ont permit de simuler les obstacle dans l'arène, plutôt que de les installer réellement. Les programmes de désorientation permettent également de donner l'illusion aux participants de marcher tout droit pendant des heures alors qu'ils marchent en ronds, simulant parfaitement d'immenses arènes de combat, bien plus grande que la taille réelle de l'arène.

Les spectateurs suivent les combats grace à des nanocaméras. Certains peuvent même projeter dans une pièce l'action qui se passe dans l'arène et ainsi avoir l'action se déroulant littéralement sous leurs yeux.

Qui sont les Dragons?
Il existe 3 dragons, des champions de l'arène qui ont survécu à une mystérieuse épreuve. Morgane, la Dragon rouge, fait partit de ce trio d'invaincu et est la seule de première génération, issue de la toute première rafle, à avoir survécu.

Ces combats sont géniaux! Je veux en discuter!
Mais pas ici ^^
Créez un sujet dans la section flood, mais épargnez, je vous pris, cette section afin de ne pas troubler la lecture.

Bon visionnage.
Gloire à Wan, gloire à vous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane Gorri

Dragon Rouge

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Wan
Occupation : Gladiateur
Opinion politique : Tous mérite une et unique chance de survivre
Arme(s) : Art martiaux, versatile
Messages : 8

MessageSujet: Re: Journal de bataille du Dragon Rouge   Ven 11 Oct - 22:56

La 40ème cession


Inspiration...
Expiration...
Écoute le rythme de ton cœur, laisse le bondir dans ta poitrine.
Écoute le lent, lentement, doucement.

Elle était debout, immobile dans le cocon de métal. Trop étroit pour même bouger, trop sombre pour y voir, trop épais pour entendre, elle était parfaitement isolée de l'extérieur. Là, dans ces ténèbres, le temps s'étirait, chaque seconde devenait des minutes, chaque minute, des heures. Et il n'y avait rien d'autre à faire que d'attendre.
Elle imaginait les autres, pareillement engoncés dans leur carcant de métal, attendant comme elle qu'on le lui ouvre. Combien était ils ? Que devraient ils faire ? Des questions inutiles que Morgane repoussait par lente respirations comme la marée fait s'échouer les algues sur la plage pour se garder pure. Après cette attente, le combat, la chasse, la souffrance et la mort. Au dehors, les préparatifs se finalisaient.


''Bienvenu spectateurs ! Bienvenu une fois encore à l'Arène !''

La voix des présentateurs résonnait dans les cocons. C'était l'étape finale. L'attente touchait à son terme.

''Je suis Abraham Fiorin, votre hôte et commentateur de cette qua-ran-tième cession ! A mes cotés se trouvent un invité de marque, je vous présente Sergei Va.
-Merci Abraham, je suis Sergei Va et j'ai accepté cette invitation en tant que consultant à l'épreuve d'aujourd'hui.
-En ef-fet ! Vous avez activement participé à la réalisation des épreuves que nos belligérents préféré vont devoir passer aujourd'hui ! Un mot, un seul, que pouvez vous nous révéler, quels surprises, quels.. quels défis nous avez vous donc réservé !
-Gardons le suspense intact, mais je vais cependant vous dire en quoi l'épreuve consistera. C'est un match à mort mais pas entre les participants. En l'honneur de cette quarantième cession, le match s'arrêtera à la destruction de toutes les machines.
-C'est formidable ! Vraiment ! Mais avant de commencer le match, entonnons ensemble l'hymne aux cinq !''


La voix s'éteignit, toutes les informations nécessaires avaient été transmises. Plus que 40 secondes avant l'ouverture. 40 secondes où les wanais chanteraient l'hymne aux cinq, et où les gladiateurs se prépareraient à l'extérieur.
35, pas de raison de tuer les autres. Mais ça n'arrêtera personne...
31, personne n'est allier dans l'arène, jamais pour longtemps
26, esquiver les premières secondes, laisser l'environnement guider mes pas, ne pas être perturbée
17, trouver une arme, observer les alentours
14, ennemis, machine de combat, position de la carapace, trouver un couteau
9, ne pas toucher aux armes à distance, c'est un piège
5, inspirer...
4, expirer...
3, inspirer...
2, …
1, …
0, Esquiver !

Le cocon se fendit soudain et Morgane plongea en avant, recroquevillée sur elle même pour offrir la plus petite cible possible. Elle tomba et roula dans la poussière. En un instant elle embrassa son environnement des yeux, urbain, ravagé, jour, béton. Ruine d'une ancienne civilisation. Aucun adversaire ne l'avait accueillit, mais elle se mit instantanément à couverts, adossée à un pilier effondré.
Elle retint sa respiration et observa ses alentours.



''Et les voilà partit ! Regardez moi cet environnement, mais n'est-ce pas la le programme « La cité de poussière », utilisé lors de la quatorzième cession ?
-Vous avez une excellente mémoire mon cher Abrahams, c'est en effet le même programme holographique avec cependant de grands changements. Cette fois, c'est une immense ville en ruine faites de rue et de bâtiment désert. La zone virtuelle fait environ de 2km².
-Nous rappelons à nos spectateurs que l'arène elle même ne fait que 500m², mais par un extraordinairement talentueux procédé, la machine peux donner la sensation d'immensité. Une personne pourrai penser marcher tout droit alors qu'il tourne en rond. Vous dites que ce programme fait 2km², qu'en est il des obstacles, de la matière ?
-Des champs de force, mon cher, des champs de force ! Toute matière est ici virtuelle, c'est la grande innovation que le conseil des conseil vous offre pour la quarantième cession ! Une porte vers de nouvelles opportunités ! Bientôt, grâce à cette technologie, nous pourrons changer l'arène en véritable simulateur !
-C'est fantastique mon aimé Sergei, mais regardez ! L'un de nos participants à déjà trouver son adversaire !''



Des bruits de combats se répandirent dans la ville fantôme sous forme d'échos lointains. L'illusion de taille était parfaite. Peu importe, il lui fallait trouver un couteau.
Morgane se glissait furtivement d'un abris à un autre, évitant tout endroit trop à découverts, mais c'était presque impossible dans cet environnement. Des bâtiments de haute taille couvraient le ciel, mais c'était bien évidemment une illusion, la salle ne pouvait contenir de si haut bâtiments. Cependant des snipers pouvaient se cacher derrière les obstacles, et la rue était couverte de débris poussiéreux.

Morgane continua d'avancer et se réfugia à l'intérieur de l'un des bâtiment. C'était un ancien magasin dont les étals étaient renversé. D'un rapide coup d’œil, elle remarqua un étal d'outils qui supportait encore quelques couteaux. Avec prudence, elle s'approcha de l'un d'eux. Elle bondit soudain en arrière alors qu'une machine surgissait de sous les étals. Humanoide, elle était couverte d'une armure dardée de points acérés, son visage n'était qu'un cône au centre duquel brillait une lumière unique et rouge, la fixant avec froideur. Il dégagea un de ses bras qui n'était qu'un canon articulé et fit feu.
La gladiateur fit un salto arrière et passa par dessus le comptoir alors que trois carreaux d'acier se plantèrent dans le mur de béton du magasin. Sans perdre son rythme, elle saisie une chaise en morceau et s'arma de l'un de ses pieds. Elle devait reprendre l'initiative à tout prix !
La machine se redressa en grand fracas, brisant les étagères sous lesquels elle s'était caché, donnant involontairement sa position à Morgane. Cette dernière se redressa et lança de toute ses forces le pied de chaise qui, tel un javelot, atteignit l’œil unique de la machine. Sous l'impact, le projectile vola en éclat sans faire le moindre dommage, mais aveuglant un instant son propriétaire. Morgane glissa par dessus le comptoirs, ignorant les tirs imprécis de son adversaire et engloutie les quelques mètres qui les séparaient.

Elle stoppa alors brutalement son élan, à quelques centimètres seulement de l'imposante machine de guerre. Face à de tels adversaires, la puissance brute n'était d'aucune utilité. La position de la carapace était sa seule chance de survie. La machine resta un moment perplexe quand elle découvrit à quel point sa proie s'était rapproché d'elle.
Ils restèrent un moment immobile, l'humaine figée dans une position étrange, une main ouverte vers le haut, un poing fermé vers le bas, la machine au bras droit lance projectile pointé vers l'avant et au gauche inerte vers le bas. Cette dernière calcula ses attaques possibles, ses chances de succès, et pris une décision. D'un mouvement de rein, elle lança son bras gauche avec force vers l'humaine, prête à la déchirer le deux.
Morgane sembla alors se fondre aux mouvements de la machine. Ses jambes fixes, elle fit décrire à son buste un arc de cercle vers l'arrière, esquivant le coup qui ne passa qu'à quelques centimètres de sa peau. Et avant même que la machine eu terminée son mouvement, elle était revenu à sa position initiale, portée par sa propre inertie. D'un coup brusque, elle frappa l'aine du monstre mécanique avec le plat de sa main. Le choc résonna dans le magasin comme un bruit sourd.
Une fois de plus, les deux étaient immobile, figé dans leur position. Mais cette fois un léger sifflement se fit entendre. La machine trembla, semblant lutter contre une force invisible, alors que le sifflement se faisait de plus en plus fort. Puis soudain il cessa.
La machine pivota alors sur elle même, continuant son mouvement de bras, déchirant son ventre dans un vacarme effrayant. Il y eu une légère explosion et la machine fut coupée en deux et retomba inerte sur le sol du magasin. Morgane se retourna alors soudain, observant ses arrières. Ne voyant rien, elle saisie un couteau et repartie à l'extérieur.



''C'est... mais c'est incroyable !
-Ha cher spectateurs, je crois bien que Sergei découvre... le Dragon Rouge !
-L'autre combattant à vaincu son adversaire en retournant son arme contre lui, mais le vaincre à main nue, comment est-ce possible !
-Mon délicieux Sergei, c'est une technique que seul le Dragon rouge est parvenu à maîtriser. Son coup n'a pas pénétré l'armure, mais la vibration à disloqué une des articulations interne de la machine. Au résultat je dirais qu'elle s'est retrouvé coincée dans son mouvement, incapable de l'arrêter, et s'est donc déchiré en deux sous sa propre puissance !
-Interne ? Mais alors il n'y a aucune défense ?
-Dé-trom-pez-vous ! Vous vous en souvenez vous, n'est-ce pas, mes amis d'au delà de l'écran, le combat contre Juggernaut. Son armure si épaisse que les coups n'étaient d'aucun effet. Dites moi Sergei, dites nous ! Pensez vous que vos machines ont une chance contre Dragon rouge ?
-Et bien elle est digne de sa réputation ! Mais j'ai moi même programmé quelques unes de ces machines, et croyez moi, elle risque bien de ne pas survivre !
-Une nouvelle exceptionnelle ! Retournons voir comment les autres participants survivent à cet extraordinaire épreuve !''



De retour dans les rues, arméz seulement de son couteau, Morgane arriva à une sinistre scène. Un humain avait été décapité proprement et laissé à pourrir dans sous des décombres. Il était armé d'un fusil, pensant visiblement pouvoir vaincre des machines avec un tel outil. C'était une erreur, ou alors il fallait être d'une extrême abilité, mais le blindage réduisait toute chance de victoire. Elle s'approcha lentement du corps, cherchant d'autres objets, mais apparemment, il n'avait rien d'autre sur lui.
Elle entendit soudain des bruits de pas derrière des décombres. En position de combat, elle se réfugia elle même non loin du cadavre, observant la situation. Un homme apparu alors, il avait dans les mains un bras de machine arraché qu'il tenait comme un lourd et encombrant fusil. Son regard était concentré et méfiant. Morgane se demanda s'il devait le considérer comme un ennemi. Mieux valait le laisser que de risquer de se faire tirer dans le dos.
Mais d'un autre coté, à deux, il avaient plus de chance de survie. Après quelques instants, elle se releva.

L'homme pointa brusquement son arme vers elle, les yeux grand ouvert, tout son corps crispé. Ils se fixèrent l'un autre pendant un long moment de tension. Elle le regardait à travers ses lunettes, jaugeant le personnage. Jeune, peu d'expérience, mais un bon esprit d'initiative et d’adaptabilité. Prometteur, mais pas encore rompu. Peut être un nouveau.
Lui aussi la regardai, mais son esprit semblait figé, coincé dans un dilemme, tirer ou ne pas tirer. Son regard se posa sur le cadavre, et son corps se raidit une fois de plus.

*Merde*, songea t elle

Et puis elle plongea en avant. Une onde de vent frôla son dos alors qu'une lame venait de la manquer. Une détonation résonna autour d'eux et un carreau d'acier vola. Faisant une roulade et se retournant immédiatement, elle put voir la machine. C'était un énorme mille patte mécanique d'un rouge vif, doté de puissantes mandibules d'un vert menaçant. La machine se glissait sur décombres, ses dizaines d'anneaux blindés de plaques métallique, formant autant d'articulation, la faisant sinuer entre les débris comme un serpent infernal. Sa tête, de la taille d'un torse humain, exhibait une mâchoire de la même proportion et portait des égratignures, héritage de précédentes batailles.
Son nouveau compagnon avait raté sa cible, et s'appliquait à recharger son arme de fortune.
Morgane ne pensa pas.

D'un mouvement, elle sortie son couteau et fixa la bête dans un défit de regard, deux prédateurs dans un duel à mort, deux créatures de combat prête à leur première et dernière confrontation. Après un instant, les deux s'élancèrent l'un contre l'autre.
Comme un jet de métal, le mille patte fondit sur le Dragon rouge qui courait à sa perte dans un hurlement de rage. Les mandibules claquèrent dans le vide alors que d'une poussée, Morgane avait bondit dans les airs et flottait au dessus des tonnes d'acier emportées dans leurs courses. Pendant un moment d'éternité, elle cru voler au dessus d'un train lancé à pleine vitesse. Puis elle pivota sur elle même en plein vol et attrapa d'une de ses mains un rebord de l'armure en plein mouvement. Emportée brusquement dans le sens opposé, elle cru entendre son épaule se déboîter, main tint bond, et d'un mouvement puissant, elle planta le couteau dans les espaces séparant les plaques, en plein sur les articulations.
La bête se cabra en arrière, faisant se refermer les failles de sa défense comme autant de guillotines sinistres. A peine eu t elle lâché prise que les morceaux d'armure se refermaient sur la lame encore plantée, la sectionnant presque parfaitement. Morgane, elle, chuta et roula au sol. A peine sur ses pieds, elle plongea sur le coté, esquivant une nouvelle charge du mille patte dont la tête heurta le sol comme un obus, projetant des débris de béton aux alentours, mais à peine ralentis.

Du coin de l’œil, elle vit son compagnon en train de viser de nouveau, mais la bête était bien trop agile et rapide pour qu'il ai le moindre espoir de toucher un point vital. Si le carreau le touchait sans le mettre hors d'état de nuire, il retournerai son attention sur lui et le tuerai à coup sur. Roulant de nouveau au sol, la main de Morgane effleura le cadavre laissé là. Instinctivement, elle saisie le fusil, son esprit foudroyé par un plan de bataille.
Alors que le monstre fondit sur elle pareil à une avalanche écarlate, elle bondit au sol... se glissant sous la créature alors qu'un nouveau coup de mandibule sectionnait l'arrière de sa veste de cuir comme un laser. Le vacarme des dizaines de pattes assourdie Morgane, mais son esprit était glaciale et comptait.

4...
Elle se mit se le dos parfaitement immobile alors que le mille patte heurtait de nouveaux débris.

7...
La machine commençait à pivoter, son corps se cabrant menaçait d'écraser la gladiateur.

9...
Les pattes acéré comme des lances se rapprochèrent de son corps immobile.

11 !
Elle tira une décharge et le projectile perça la partie tendre entre les plaques pour se loger à l'intersection qu'elle avait déjà attaquée. Le monstre vacilla, permettant au Dragon de rouler sur le coté et d'éviter d'être broyée sous lui alors qu'il perdait le contrôle de sa course. Une machine de cette complexité et de cette souplesse devait se reposer sur une parfaite synchronisation de toutes ses articulations, et l'une d'elle venait d'être gravement endommagée.
Mais ça n'était pas finit.
D'un mouvement, l'adrénaline courant dans ses veine comme un fleuve divin, elle s'emporta dans une course effrénée vers la tête de la machine, bondissant par dessus les obstacles tel un courant d'air. La créature s'était déjà remise, et sa tête écarlate couverte de poussière ouvrit grand ses mandibules pour accueillir l'humaine qui le chargeait. Mais alors qu'il tenta de se projeter de nouveau vers l'avant, la onzième articulation se convulsa, et par effet domino, la tête chuta en avant.
Morgane piétina la mandibule au sol et s'arrima d'une main ferme à la tête de la créature qui commença à gigoter pour la désarçonner. Une dernière fois, son regard croisa celui de l'autre humain, un genoux au sol, visant la créature du mieux qu'il pouvait. Il fallait qu'il vise bien... Morgane enfonça alors une nouvelle fois le canon entre des articulations et fit feu.
Comme la dernière fois, la créature se cabra en arrière, refermant toutes les failles sur son dos, sectionnant le canon. Mais elle cessa de même d'avoir des mouvements aléatoires. Morgane entendit le bruit sourd, puis la pointe du carreau émerger le crâne de la bête d'acier dans une gerbe d'étincelle et de crépitement électrique.

Cette dernier cessa soudain tout mouvement. Immobile, elle tenta de maintenir son équilibre. Puis elle s'effondra, emportant Morgane avec elle. Alors que le mille patte robotique heurta le sol, Morgane fit une roulade et reprit sa respiration. Puis elle se releva lentement et observa le spectacle. Son compagnon lui lança un sourire tendu qu'elle ne lui renvoya pas. Il ne serait pas une menace, et ils avaient triomphé. Pour l'instant.



''C'est ab-so-lu-ment Magnifique ! Le CV454 est à terre ! Vaincu !
-C'est en effet remarquable, il a tué 3 participants sur 7, mais à finalement été détruit par l'union des deux derniers ! Je dois avouer que je m'attendais à ce qu'ils n'y parviennent pas.
-Et les spectateurs non plus ! Ho, quel émotion ! Quel spectacle ! Alors mon cher Sergei, nos participants ont ils enfin vaincu la quarantième cession ?
-Ha ha ! Que non ! Le CV454 était certes un adversaire redoutable, mais en l'honneur du conseil des cinq, nous avons sortit le grand jeu ! Admirez, le Gardien !''



Il n'y eu qu'un bruit sourd, comme une détonation lointaine, mais les deux humains s’aplatirent. On avait tiré un projectile, mais elle ne reconnaissait pas le son. Caché dans les rochers épars, ils attendirent le prochain coup. Morgane ressentait déjà le contre coup de son combat, son cœur battait à la chamade, ses muscles brûlaient, son souffle peinait à se régulariser. L'autre était visiblement en bien meilleur état, mais son regard trahissait une confusion mentale, ce qui était presque pire...

Et soudain, il était là.

Il atterrit avec une légèreté irréelle comparé à sa taille. On aurait dit une armure, une armure de 2 mètres 50, imposante comme un char d'assaut, menaçante comme un monstre de cauchemar noir et rouge. Sa peau métallique glissait à chaque mouvement avec une harmonie parfaite tandis que ses bras puissants aboutissaient à cinq doigts presque humains. Dans son dos, deux jets packs anti gravitique vrombissaient sobrement, faisant flotter la masse immense comme une plume délicate.
Ses pieds touchèrent le sol entre les deux humains.
Il regarda l'une.
Puis l'autre.

Le coup partit en un éclair. Le gladiateur tira de son arme une flèche d'acier à pleine vitesse. Le projectile fendit l'air, mais la machine s'écrasa au sol, esquivant de justesse sa propre fin. Morgane garda ses distances, observant le nouvel adversaire avec une méfiance renouvelée, la machine était une véritable menace. Elle l'observa alors qu'elle tournait la tête vers le tireur comme un loup enragé, et que, d'un bond, elle lui sauta dessus.
L'homme réagit au quart de tour, basculant en arrière, esquivant un coup qui frappa le béton qui le supportait quelques instants plus tôt. Mais la machine de combat n'en avait pas finit. Elle élança sa seconde main comme un canon lancé vers son corps.

Morgane engloutie la distance qui la séparait de sa proie à une vitesse extraordinaire et lança son pied en avant dans une attaque brutale. Le coup atteignit l'arrière du coude de la machine qui vit sa propre attaque accélérée. Sa main frappa la jambe de l'autre humain, mais ne se referma pas à temps pour lui empoigner la cheville. L'humain tomba à la renverse, déséquilibré mais sauf, tandis que la machine révisait ses priorités.
Le bras que Morgane avait frappé revint en arrière avec une vitesse fulgurante. Morgane n'eut que le réflexe de protéger son torse de ses bras avant que le coup de coude ne porte. Le choc fut terrible, elle sentit ses os résonner alors que le métal frappa sa chair, l'envoyant à plusieurs mètres de là. Elle chuta en arrière et fit une roulade, négligeant la douleur qui irradiait ses bras et son torse. Le coup aurait été fatal.
Déjà son adversaire s'était retourné et se ruait sur elle. Accroupit, elle se mit en position de combat, son attention entièrement focalisée sur son adversaire. Sa rapidité était extraordinaire, mais les réflexes du Dragon Rouge n'étaient pas en reste. Le robot lança un coup de genoux qui fila juste à coté de Morgane comme un boulet de canon. Mais l'esquive ne lui accorda qu'un instant de répis alors que son adversaire tournoya sur lui même pour faire siffler le tranchant de sa main vers son cou. Elle sauta sur place, survolant d'un bond le coup qu'elle ne vit même pas passer sous elle tant il était rapide. Mais en l'air, elle était vulnérable aux attaques de la bête de combat. Sa seconde main, en poing, se propulsa vers elle, prête à la transpercer en deux.
Mais même en l'air, elle n'était pas sans défense. Arquant tout son corps, elle attrapa en vol le poing de métal et sembla s’envoler par dessus. Faisant un salto, elle emporta le poing dans sa course qui dévia de sa trajectoire pour s'enrouler, suivant le mouvement de Morgane. La machine, emportée par élan, fit un pas en avant, déséquilibrée, et passa derrière Morgane qui, rattrapée par la gravité, se réceptionna.
Elle tenait encore fermement le bras de la machine qui était maintenant arquée en arrière, son bras passé par dessus sa propre épaule.

Mais cette fois, cela ne fonctionna pas.
Il y eu une sorte de déclic, et Morgane sentit la tention parcourant le bras s'évanouir. Elle jeta un regard derrière elle et et vit avec horreur que la machine avait désenclenchée ses articulations et elle la regardait droit dans les yeux, sa tête pivotée à 180°.
La machine ramena son bras en arrière, aspirant Morgane qui s'écrasa contre le dos métallique de la machine dans un craquement sinistre. Le choc avait été si violent qu'elle voyait trouble, son esprit assommé par le revirement soudain de situation. Elle sentit son dos ployer sous la douleur et ses jambes la trahirent alors qu'elle tomba au sol. Elle chuta et s'effondra à plat ventre.
Derrière elle, la machine se retourna et lui saisie une jambe par la cheville avec une poigne de fer. Elle racla le sol alors que lentement elle fut soulevée du sol, tête à l'envers. Sa vision encore troublée toisa un instant le regard d'acier du monstre de métal. Il allait la tuer. Mais il était trop porté sur le spectacle...

Ses mains lancèrent un nuage de poussière de bitume juste devant ses yeux. Il ne bougea pas d'un pouce, mais Morgane força ses abdominaux en feu et elle attrapa son propre pied.


''Tire !''

La détonation résonna dans les airs. Morgane ne sentit que la poigne de la machine se relâcher quelques millisecondes avant qu'elle ne sentit une traînée de vent dans son dos. Il y eu un crissement métallique que Morgane interpréta immédiatement avec froideur, il l'avait esquivé ! Mais elle était libre, pour quelques instants.
Elle retomba au sol comme un guépard, son corps entier hurlant de douleur. Devant elle, la machine achevait sa chute, son esquive l'ayant déséquilibrée, s'enfonçant avec fracas dans les débris de béton qui s'effondraient sous sa masse.

Elle se retourna vers son partenaire d'infortune qui, la tête en sang, tenait encore son arme pointé dans la direction de son ennemi. Elle bondit vers lui sans dire un autre mot. Son regard disait tout, et il comprit. Il fallait fuir.



''N'est-ce pas fantastique cher spectateurs, le Gardien est un adversaire même trop grand pour le Dragon Rouge ! Mais est-ce vraiment la fin ? Sergei, vos commentaires ?
-De toute évidence la technique du Dragon rouge est sans effet contre le Gardien, dont l'agilité est LE point fort, bien qu'il soit particulièrement puissant dans les autres domaines également. Mais n'oubliez vous pas son compagnon ?
-Que non ! Ce combattant encore anonyme crée l’émoi parmi nos spectateurs, et je dois dire en moi aussi. Tout jeune, tout frais, premier combat et déjà endurcie à de grands exploits. On peut dire que sans lui, le Dragon Rouge aurait connue sa fin !
-Mais ils ne sont pas tiré d'affaire. Le Gardien à été ralentie, mais il n'en à pas finit. Ils auront fort à faire s'ils souhaitent se cacher de lui.
-Rarement a t on vu un combat si serré, pensez vous qu'ils aient une chance ?
-Avant de les avoir vu en action, j'aurais dis, pas la moindre. Et maintenant, je le répète !''



L'immeuble était fait d'immense espace vide placée en étage. Des voitures étaient alignée, comme autant de décors. C'était une sorte d'immense garage, mais sa hauteur réelle de pouvait pas dépasser les 10 mètres à cause de la hauteur de l'arène elle même. Ca n'était pas la première fois que Morgane utilisait les limitations techniques à son avantages, et survivre vallait bien ça.
Elle s'était caché avec son compagnon de fortune, caché derrière l'un de ces véhicules. Elle jetait des coups d'oeil anxieux vers la rue alors que l'autre observait son dos.


''C'est... c'est.. dégueulasse
-Garde la tête froide, est-ce que des os sortent, ou est-ce que saigne abondamment ?
-N... non, c'est juste. Bon sang on dirait un puzzle, ta peau est...
-Moins fort, à ton tour.''


Ils échangèrent de place, elle remettant son gilet, lui enlevant des lambeaux de chemise. Elle déchira le tissu et lui fit un bandage de fortune autour du crane. Ca n'était pas grand chose, plus impressionnant que dangereux, mais la dernière chose qui puisse arriver en plein combat est d'être aveuglé par son propre sang.

''Vous vous débrouillez super bien avec ces trucs... comment vous faite ?
-J'ai appris.
-Vous pouvez m'apprendre ?
-Non''


Elle gardait la conversation au minimum. Il avait l'air innocent, mais c'était un tueur, elle le savait. Elle pouvait le voir dans ses yeux, dans sa position. Il n'en avait peut être pas encore conscience, mais tuer est la chose à laquelle il était certainement le plus doué dans sa vie. Sans doute qu'il y prendrai plaisir. Et s'il savait, alors elle devait résister à ses tentatives de manipulation.

Elle inspecta le reste de son corps, mais ne trouva aucune blessure à part des déchirures de peau sur les mains et les avants bras. Quelque soit la manière dont il ait obtenue son arme, tirer avec avait son prix.

''Il ne nous trouvera pas ici ?
-Si, mais il y a des échappatoires, et il ne peux venir que du bas.
-Pourquoi ?
-Il y a un plafond au dessus, tout ça n'est qu'une illusion.''


Il y eu une sorte d'explosion lointaine, elle n'y prêta pas trop attention.

''Mon arme n'a pas beaucoup de munition. Une idée pour descendre le gros truc ?
-Le torse ou la tête.
-Ha ouais, et une idée pour le faire arrêter de bouger ? Il est vachement rapide !''


Une autre explosion, plus comme un craquement. Les sens de Morgane s'éveillèrent à l'anomalie.

''C'est une machine, il obéi à des protocoles. Il faut les découvrir avant qu'il ne nous tue
-Dans la pratique ?
-Tir quand tu peux''


Troisième explosion, plus proche. Le choc résonna autour d'eu mais aussi à l'extérieur. Un sentiment étrange enserra ses tripes. La peur.
Elle se leva lentement, une barre à mine trouvé au sol dans les mains, et sortie de son couvers.


''Qu'est-ce que...''

D'un geste, elle le fit taire, et il se ramassa entre les deux voitures, empoignant son arme.
Quatrième explosion, de la poussière tomba du plafond.
C'était impossible... ils étaient au sommet...

La machine transperça le plafond de béton  dans un nuage de poussière grisâtre. Là où elle atterrie, le sol se fendilla. Lentement, il se releva de sa taille immense, des tonnes d'acier et de programme de combat assemblé en un monstre de guerre. Elle avait utilisé ses techiques anti cyber, il avait briser ses jointures. Elle s'était caché entre les règles du système, il les avaient brisé. Soudain, il sembla imposant, impossible.
Insurmontable.

D'une main, il agrippa la carrosserie d'une voiture stationnée, ses griffes faisant crisser le métal. Puis d'un mouvement, il l'envoya tel un énorme projectile en direction de Morgane qui se baissa juste à temps pour sentir la bourrasque presque la renverser. La voiture s'écrasa dans un vacarme assourdissant, emportant un des piliers de béton avec elle.
Morgane reprit lentement son souffle. Elle n'avait que rarement ressentie cette sensation. Cette peur, ce désespoir. Une fois avait elle pensée mourir.
Elle se releva avec précaution, plantant son regard vers son agresseur invincible, sa barre à mine raclant sur le sol.
Sa posture vint naturellement.
Son esprit se figea.
Une seul pensée.


''Je te tuerais.''

Les deux s'élancèrent l'un contre l'autre, la masse de métal effilée contre l'humaine pauvrement armée. Leur course sembla durer une éternité, et pourtant les mètres les séparants semblaient inexistants. A chaque nouveau pas, Morgane resserrait sa poigne sur son arme. A chaque enjambé, la machine serrait un peu plus son poing. Le béton crissait sous les pieds griffues de la machine, laissant de terrible marque derrière elle. Les bonds de Morgane ne laissait aucune trace, elle était frêle, fragile, mais son regard brulait d'une passion sans limite.

Les coups furent donnés. Le coup de pied du monstre manqua et envoya une voiture s'écraser contre le plafond. La barre à mine se tordie sur la carapace de polymétal de l'androide.
L'un replanta ses appuies, l'autre glissa en une nouvelle position.

Le combat titanesque reprit, humaine contre machine, chaire contre métal. Les lourds coups rapide comme la tempête de la machine manquait leur cible, détruisant tout ce qui se trouvait sur son passage, envoyant voiture et pilier en morceau dans les airs. Les pathétiques attaques de l'humaine ne parvenaient pas à trouver la faille dans l'armure, transformant un peu plus à chaque coup la barre à mine en branche tordue.
Ils dansèrent une valse de mort et de destruction qui ne dura que quelques secondes, et qui pourtant réduisit en poussière chaque centimètres du champs de bataille. Recroquevillé dans son coin, le nouveau venu observait la bataille avec une crainte renouvelée. Ça n'était pas un simple combat qui se déroulait sous ses yeux. C'était une lutte divine.

La machine bloqua un coup d'un coup de coude, brisant la barre en deux, et riposta d'un coup du tranchant de la main qui coupa un moteur en deux, y mettant feu par la même occasion. Morgane termina sa roulade d'esquive au milieu d'une des allée, face au dos de son adversaire. Ce dernier ne renouvella pas d'attaque, tournant seulement la tête vers elle. Morgane y surprit quelque chose, quelque chose derrière ce regard froid et cybernétique. Un instant, elle y aurait lut... du plaisir.

Les jetpacks antigravitique vrombirent dans le dos du droïde, le soulevant à quelques centimètres du sol. Avec une vitesse incroyable, il glissa sur le sol, plus agile et rapide que jamais, mais il ne fondit pas sur elle. D'un mouvement, il fut à l'autre bout de l'allée. Morgane le regarda perplexe.
Il leva un bras.


''Ho non... NON !''

La détonation fut comme une bulle d'eau rejoignant la surface. Un rayon bleuté parcouru la distance entre les deux adversaires pour s'écraser contre une voiture non loin de Morgane. Cette dernière n'eut que le réflexe de plonger en avant, plantant sa moitier déchiré de barre dans le sol. Le choc fut bref, mais elle planta profondément son arme de fortune, juste à temps.

L'impact sur la voiture commença à luire d'une lumière bleu sombre, et soudain, il y eu un appel d'air. La gravité ne se dirigea plus vers le sol, mais vers ce point unique, comme un mini trou noir. Les débris de béton volèrent vers la voiture, manquant de toucher l'humaine qui agrippait désespérément à sa barre. La gravité s'intensifia, des voitures commencèrent à voler, se heurtant les unes les autres et détruisant les murs déjà fragilisé. Elle entendit un glapissement horrifié alors que son partenaire était soulevé dans les airs et ''tombait'' vers l'amas de débris et de voiture de plus en plus gros. Il n’eut qu'un regard impuissant alors qu'il passait à coté de Morgane, puis fut enfouit dans la masse qui s'était formé. Brusquement, celle ci cessa de grossir et la gravité revint à la normale.

Morgane se releva prestement, analysant la situation de plus en plus désespéré.
Le salopard avait un canon gravitique.

Son esprit se focalisa, et une terrible idée germa dans son esprit.
Mais il lui faudrait de la chance, rien de moins ne pourrai la tirer de cette situation sans issue. Elle tourna les talons et se rua sur la masse de débris qui s'était accumulé suite au dernier tir. Derrière elle, la vibration s'intensifiait, le tir allait partir d'un instant à l'autre. Elle sauta sur la pile qui s'ébranla à son arrivé. Déjà massive, son poids vint ajouter à la tentions que subissait le sol, déjà lourdement endommagé par les fluctuations gravitationnelles.
Une sensation de froid intense lui saisit le dos, et elle comprit avec horreur ce que le rayon avait touché. D'un mouvement, elle ôta sa veste qui commençait déjà à luire et la jeta au loin, alors que le sol cédait déjà. Mais alors qu'elle chutait à travers l'étage avec la masse de béton et de voitures tordues, elle se sentit tirée en arrière. La gravité commençait changer d'axe.

Elle resta en suspension un instant avant de tomber en diagonal vers le plafond de son étage. Et avec elle, une pluie mortelle de débris.
Ca n'était pas la première fois qu'elle avait à faire avec des changements soudains de gravité. Prenant appuis sur la masse, elle pivota en l'air pour se retrouver tête en bas, mais attiré par le haut. Et dès que ses pieds frôlèrent la surface, elle se mit à courir. Tête baissée, fonçant droit devant elle alors que derrière une avalanche monstrueuse tentait de la rattraper. Alors que sa course effrénée la menait droit vers le centre gravitationnelle, elle avait la sensation de courir une pente descendante, mais les débris derrière elle n'en n'étaient que plus rapides. Elle sentit alors sous l'un de ses pas la puissance de la gravité, et devina que juste sous son pied, sa veste attirait à elle tout ce qui l'environnait.
Poussant sur ses jambes déjà malmenée, Morgane continua sa course, en pente montante cette fois semblait t il. Elle jeta un regard en arrière, l'avalanche avait à peine ralentie, et des voitures de son étages commençaient à se soulever du sol pour s'écraser sur le plafond, une nouvelle fois semblait t il. Ses muscles brulaient sous sa peau grise, ses poumons pompaient et expulsaient frénétiquement l'air permettant chaque mètres, chaque centimètres que Morgane faisait.
Mais ça n'était pas suffisant.

L'avalanche lui avala un pied, et tout son corps tomba à sa suite. Pendant un moment, tout ne fut que chaos, poussière et douleur. Balancée dans tout les sens, frappée, griffée par des milliers de débris qui enveloppait son corps, elle chercha désespérément de l'air, mais ne trouva qu'arête de métal tranchante qui lui coupèrent la bouche et le visage.
Soudain, elle se sentit tomber dans un autre sens, et elle heurta un autre sol avec violence. Il y eu encore des mouvements, des courants, des remous qui lui comprimèrent le corps, tentèrent de la tordre, mais elle tint bon. Puis, peu à peu, le silence, et l'immobilité.

Avec peine, elle s'extirpa des décombres. Tout autour d'elle, l'immeuble grinçait et s'effritait, malmené par un combat sans fin et des armes cauchemardesques. Elle haleta en regagnant l'air pur, et ses yeux embrouillés finirent par se fixer sur un objet.
La machine.

Elle avait percé son propre trou et était descendu d'un étage, flottant toujours grâce à ses deux moteurs dorsaux. Maintenue à une longue distance, toujours, elle tendit encore une fois son bras. La machine jouait avec elle, créée pour le théâtre, pour le spectacle plutôt que pour l'efficacité. Faisant perdurer le douleur de ses victimes et le plaisir des spectateurs.
Le souffle de Morgane se calma. Son esprit se refroidie et sa main saisie un bout d'acier arraché d'un des piliers en béton armé. Elle se releva, et se rendit compte qu'elle saignait. Sa main couverte de son propre fluide dégoulinait sur le sol alors que l'androïde chargeait son attaque.
Elle ne fuirai plus. Elle affronterai sa peur.
Elle.
Le.
Tuerai.

Son oreille perçu le bruit délicat du tir, la toute première note de la détonation. Son mouvement fut si rapide, si soudain qu'elle n'en eu pas même conscience. Elle avait laissé le contrôle à ses instincts, à ses réflexes. C'était du quitte ou double, elle n'avait plus rien à perdre. Sa main propulsa le morceau d'acier comme un couteau de lancer devant elle.
La détonation s'acheva alors que le couteau avait déjà quitté sa main et filait droit sur la machine. Du bras de ce dernier, un rayon bleu sortie, nimbé d'une aura sombre, porteur d'énergie gravitique capable de contraindre les lois physiques. Mais elle ne briserai pas ses propres lois.
A mi parcours, le rayon frappa une cible. Le morceau de métal. Ce dernier fut alors enveloppé de l'aura particulière, mais ne fut en rien ralentis dans sa propre course, et fila vers l'androïde qui réalisa soudain le danger de sa situation. Le projectile heurta le sol, rebondit, et commença son œuvre.

Morgane et la machine eurent le même mouvement, tout deux filèrent vers les fenêtres ouvertes du parking à étage, tout deux dans l'espoir d'échapper à temps à la gravité qui allait ravager une fois de plus l'endroit. Morgane pris appuis sur le rebord et sauta. Sept mètres de hauteur, droit sur des ruines en béton, mais tout risques était meilleur que celui de rester dans le garage. Son saut fut comme un envol. Elle sembla planer un instant, flottant dans l'air, libre des contraintes du sol. Puis l'en bas l'attira avec sa force implacable. Elle chuta tête la première vers la rue en face. L'idée de se laisser mourir traversa un instant son esprit, comme une frivolité, un luxe que l'on s'offre dans un moment de paix.
Car même si ce n'était qu'un instant, ce fut un instant de paix.

Elle heurta le sol dans une roulade violente. Elle sentit sa peau se déchirer, son corps être emporté par son propre élan, sa désorientation devenir totale et une douleur atroce parcourir l'ensemble de son être. Elle s'arrêta d'elle même, gisant au milieu de la rue, ayant laissé derrière elle une traîné de sang. Son regard ne s'en porta pas moins vers le ciel.
Elle vit l'androïde figé en l'air, ses moteurs cherchant désespérément à l'extraire des effet de sa propre arme. En vain. De l'extérieur, elle put voir à quel point la garage était mal à en point. Déjà endommagé à leur arrivé, les deux dernières décharges avait fissuré tout les étages. Et la troisième ajouté aux dégât infligé par leur première confrontation, n'allait pas arranger les choses. La machine fut aspirée vers l'étage qu'elle cherchait à fuir, et un terrible fracas accompagna sa disparition. L'immeuble lui même grinçait et craquait, une menace qui donna à Morgane la force de se relever.
Boitant, noyée entre la douleur et l'absence de sensation, elle marcha de guingois le plus loin possible du batiment. Elle ne le vit pas, mais elle l'entendit. Il n'y eu qu'un seul bruit d'abords, un seul claquement terrible. Puis d'autres, presque simultané, comme une mitrailleuse titanesque Le son était assourdissant, douloureux même, résonnant dans toute la ville de son fracas terrible. Morgane plongea comme elle put derrière un morceau d'immeuble déjà effondré, évitant de justesse la tempête grise de poussière que l'effondrement du garage avait provoqué. Elle se tint les oreilles, assaillit par le vacarme épouvantable. Cela sembla durer des heures.

Et puis, le silence revint. Tremblante, sa main s'appuya lourdement sur le débris pour relever tout son corps. Elle regarda son champs de bataille, un champs de ruine. Le garage s'était effondré sur lui même, tout le garage, même les étages trop haut pour faire partit de la simulation. Elle se demanda un moment comment cela était possible, mais elle repoussa cette questions. Mieux valait faire comme si c'était une vrai ville, un vrai lieu de combat.
Elle cracha sur le sol, un crachat rouge.
Avec un peu de chance, c'était le dernier...



''Ex-tra-or-di-nai-re ! Qu'en pensez vous Sergei ?
-Ho moi, je ne donnerais mon opinion qu'à la fin mon cher...''



Les débris se soulevèrent. Morgane ne trouva pas les mots.
La machine était presque intact...



''On dirait bien que nous assistons à la première victoire d'une longue série pour le Gardien.
-Oui... hum... on dirait bien.
-Allons, où est passé votre enthousiasme !''



C'était un cauchemar. La machine s'ébroua un instant, puis localisa Morgane. Ses moteurs se mirent en marche, et glissant sur les airs comme une flèche, il fondit sur l'humaine qui recula de quelques pas. D'un coup unique, il brisa en deux le morceau de bâtiment derrière lequel elle s'était abritée. Elle resta un moment immobile, ensanglantée, épuisée, désarmée.
Vaincue.
Incapable de supporter le poids de leur corps, ses jambes cédèrent et elle tomba à genoux devant l'implacable monstre.



''C'est la fin ! Regardez, il va l'écraser !''


La machine leva une jambe massive au dessus de Morgane. Cette dernière ne leva même pas la tête. Les deux restèrent immobile, comme pour immortaliser l'instant. Le triomphe des machines.
Le pied s’abattit alors, s'enfonça profondément dans le sol de bitume.
D'une détente qui sembla lui déchirer un muscle, Morgane avait plongé en avant, passant sous le robot. Ce dernier tourna le regard en arrière pour la voir pivoter, puis lui bondir sur le dos.



''Mais... Qu'est-ce qu'elle fait ?!
-Oui ! Que fait elle ? Quelle réserve lui reste t il, Regardez moi ça, quelle persévérance !
-Persévérance ou pas, elle ne peux rien contre... mais... que... Elle est folle!''



D'un coup puissant, contenant tout ce qui lui restait de force et de détermination, Morgane planta son bras dans l'un des réacteurs dorsaux de la machine. Son coup passa au travers les clapets de protection, s'enfonçant au limites du design de la machine. Cette dernière tenta de s'arquer en arrière, mais chaque mouvement semblaient soudain limité, chacunes de ses torsions tournaient court tandis qu'elles étaient bloqué par le bras de Morgane. Même ses bras ne semblaient pas fonctionner correctement.
Il enclencha alors ses moteurs.



''Haha ! Regardez, il n'est pas encore vaincu !''


La vibration explosa dans le bras et sur le visage de Morgane. Une force invisible venait la frapper de face dans un vrombissement terrible. Son bras se tordit de douleur, et elle put sentir ses os ceder. Il y eu plusieurs craquement, et son bras fut cassé. La force des propulseurs la repousait en arrière, mais ses jambes et son autre bras étaient arrimés comme des pinces d'acier autour de la machine.
Ses lunettes volèrent en éclat, sa peau se déforma, craquela. Ses vêtements commencèrent à être déchiré par la force des réacteurs. Puis des plaques de peau grises volèrent.
La force était telle qu'elle brisait le corps même de Morgane, faisant voler de son visage et de son corps des plaque brisée de peau, révélant la chaire écarlate sous elle. Peu à peu, elle fut écorchée vive sous le regard de Wan.

Elle hurla, mais pas de douleur.
Elle hurla de rage.



''Le... le Dragon !
-Quoi ?
-C'est le Dragon Rouge ! Par les Cinq c'est le Dragon Rouge !!''



Hurlant à plein poumon, ses vêtements déchirés, ses membres brisés, sa peau rouge vif à nue sur le dos de cette machine infernale, Morgane enfonça son bras encore plus loin. L'androïde fut pris de secousses terribles alors qu'impitoyablement, implacablement, Morgane progressa toujours plus loin, perçant chaque couche interne. Animée par sa seule détermination, son corps en lambeau persista à vivre, à combattre et à vaincre.
Sa main se referma alors sur ce qu'elle avait cherché, sur son dernier espoir. Elle agrippa de toute ses forces, incapable de sentir de façon certaine quoi que ce soit tant elle était noyée de souffrance, puis elle tira en arrière. La tête de machine se tordit dans un angle étrange.
Morgane tira de toute ses forces. Ses jambes qui la maintenait contre son adversaire la poussait maintenant vers l'arrière. Elle hurlait toujours. Un hurlement inhumain. Un cri primal, basique, qui résonnait plus fort que le vrombissement des propulseurs du robot.
Et puis, les fixations lâchèrent.
Propulsée en arrière par sa propre force et celle des jets packs, son trésor en main, elle s'étala sur le sol comme une flaque de sang.

La machine elle resta immobile un instant... puis tomba en avant.

Morgane trembla, relevant la tête pour voir ce que sa main tenait.
Un sourire terrible apparu sur son visage écorché.

Elle avait arraché le colonne vertébrale de la machine, et au bout de celle ci, la tête de son adversaire. Baignant dans un liquide visqueux jaunâtre qui avait du envelopper les organes internes de la machine, la massive colonne vertébrale vibrait encore, envoyant désespérément des signaux dans toutes directions, s'agittant comme une anguille hors de l'eau.
Elle eu un dernier soubresaut.
Puis s'arrêta.

Morgane hoqueta. La douleur commençait à se faire ressentir plus forte que jamais, mais ça n'était pas ça qui agitait son corps. Incroyablement, elle parvins à se redresser sur les genoux. Elle pencha alors la tête en arrière et partit d'un rire terrible.
Un rire effrayant.
Un rire carnacier.
Un rire de Dragon.



''C'EST FI-NI ! QUELLE FIN SPECTACULAIRE !
-Je... Que...
-C'est merveilleux, c'est absolument merveilleux cher téléspectateurs, cette quarantième cession se termine en apothéose avec la victoire des humains ! Ha mais qui je bluff ici ? La Victoire du Dragon Rouge !
-Ce fut en effet spectaculaire. Je n'en revient toujours pas...
-Que d'émotion, que de puissance ! Ainsi se termine cette cession mes amis. Rendons hommage au conseil des Cinq de nous avoir permis d'y assister ! Après l'ode, Sergei et moi même vous reviendrons pour un retour en arrière sur les moment fort du match. Gloire à Wan, Gloire à Vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Journal de bataille du Dragon Rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le journal d'un Dragon rouge et d'un Chat bleu !
» La bataille de Denain
» Le Conte du Dragon des Rêves
» Lythtis
» Pour une lampée de sang... (rp mission) [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wan~Din :: Le commencement :: Organisation :: Dossiers personnels :: Carnet-