Wan, la ville du ciel...Din, la ville de la terre... Quel camp choisirez-vous?

Partagez | 
 

 Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nameless

L'horreur personnifiée

avatar


Masculin Origine : Wan - laboratoire.
Localisation : Din - eaux sombres.
Occupation : Nuire à l'humanité, se nourrir, survivre.
Opinion politique : Anti-humain.
Arme(s) : Lui même.
Fiche : Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir.
Messages : 48

MessageSujet: Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]   Mar 10 Sep - 18:50

Hastur (avec cape), Nyarlathotep

~ IDENTITÉ  ~

  • Age : Inconnu.
  • Nom : "Nameless" = Sans nom
  • Prénom(s) : Quelqu'un le baptisa un jour Hell'ebor. L'Hellébore est une fleur qui, lorsqu'elle est noire, signifie : "achevez mes souffrances".
  • Surnom(s) : La Mort jaune, la Bête, le Diable, Sans-visage, le Nécros, le Parasite, Seth, etc.

  • Territoire d'origine : Wan.
  • Territoire actuel : Tai.



~ PHYSIQUE ~
Donner une description physique et détaillée de l'entité connu sous le nom de "Hell'ebor" n'est pas simplement difficile, une telle tache relève tout simplement de l'impossible. En effet, Hell'ebor est avant tout caractérisé par une grande instabilité biologique, provoquée par une mutation génétique profonde lors de sa création. Ceci fait que son corps "change" constamment. Son génome n'est pas clairement défini, et semble pouvoir se modifier au fil du temps. Ce temps peut varier de plusieurs jours, à quelques secondes lorsque la volonté du sujet est sollicitée. Toute fois, même si l'apparence de Hell'ebor change de manière constante, ses traits caractéristiques semblent quant à eux immuables.

Quelque soit les mutations, Hell'ebor est toujours d'une laideur abominable. Amas informe de chair, de chitine, d'os et de peaux, semblant avoir été arrangé par un savant fou, son corps ignoble et souvent parcouru de quelques tentacules, d'organes incomplets comme des yeux, des cœurs, des poumons, de dents, de bouches ne menant nul part, de doigts, etc. Tout les éléments qui forme cette enveloppe naissent et meurt de manière indépendante, se régénèrent et se reforment, apparaissent puis disparaissent sans laisser de trace. La symétrie axiale propre à la plupart des êtres vivants n'est pas respecté chez lui, il pourra très bien avoir un jour, deux bras d'un coté, aucun de l'autre, ou trois d'un coté et un moignon inachevé de l'autre coté. Sa peaux semble remué de spasme et parcouru de veines vivantes. Son visage ne ressemble a rien d'humain, comme un énorme tentacule, barré d'une bouche affreuse pleine de dents mal organisées, des yeux difformes sur le coté, et pourtant, on peut distinguer un œil à peu près normal, brillant d'une grande intelligence, et voir sous l'énorme gueule, une bouche plus petite et mieux formé mais figer dans une rictus étrange. Cette forme semble c'être échappé des pires cauchemars de l'humanité.

Quelque soit le nombre, l'ampleur et l'atrocité des mutations, elles sont très rarement stable et durable. Cependant, avec le temps, l'entrainement et la connaissance de son corps, Hell'ebor a réussit à imposer, dans une certaine mesure, sa volonté à son corps. Ce dernier peut, moyennant effort psychique conséquent, stabilisé son corps pour lui donner une forme plus pratique. Pour l'image, c'est comme s'il appliquer une "chape" psychique sur son génome, l'empêchant ainsi de se modifier trop vite. Lorsqu'il le fait, son corps prend alors une forme beaucoup plus "habituel" : deux bras, deux jambes (ou des tentacules, selon le besoin), un tronc, une tête, de haute stature. Bien entendu, la ressemblance avec un être humain s'arrête là. Son visage est (un peu) moins affreux, mais sa peaux semble toujours avoir été carbonisé pour ensuite pourrir lentement sur lui même, avant d'avoir été recouverte à certains endroit de bandages. Toutefois, cette forme est bien plus discrète que la précédente. Lors de ses déplacement, il suffit à Hell'ebor de la maintenir, puis de revêtir de long vêtement de cloque trouvé et assemblé avec des tissus sombres et moisis semblables à des linceuls, pour passé (plus ou moins) inaperçu. Bien qu'il ne puisse faire grand chose pour son odeur pestilentielle ... Cette odeur vient de la mort et de la renaissance constante de chaque cellule composant son corps. En effet, son corps est à proprement dit "mort-vivant". Bien que cette forme soit plus discrète que la première, elle reste pour le moins intimidante : avec ses airs de "faucheuse", Hell'ebor n'a généralement pas à se plaindre des potentiels agresseurs.

Mais face à l'agresseur, Hell'ebor est loin d'être démuni. Son corps est lui même une arme. Si son génome instable lui interdit toute vie en société, elle lui permet tout de même de modifier son enveloppe charnel rapidement pour faire pousser griffes, piques, tentacules, gueules, etc. De quoi mettre en pièce les plus robustes voyous. En plus de mutations massives, Hell' peut très bien modifier son ADN pour que ses poumons ne recrachent de CO² mais un gaz mortel, transformé son sang, sa bile, ou sa transpiration en poison ou en agent mutagène, etc. Les balles ne lui font qu'un effet relativement faible, en effet pour chaque organe touché, un autre et près à reprendre la relève. La plupart des ennemis fuient, terrifiés, devant la forme fantomatique de cette créature qui reste debout après qu'on lui ai vidé un chargeur entier de fusil d'assaut. Mais bien peut court assez vite pour échapper au tentacules ou au poison ... Et comme si cela ne suffisait pas, il reste à Hell'ebor un particularité qui est sans doute la plus dangereuse : sa capacité à utiliser des parasites. Hell'ebor peut créer toutes sortes de créatures aussi horribles que lui à partir de ses propres cellules. Ces créatures ne peuvent survivre longtemps hors de lui, et doivent rapidement trouver un hôte pour se développer. Il en existe aussi, plus robustes, pouvant vivres dans certains milieux particulier. Ces créatures sont aussi variées que dangereuses. Certaines n'ont pour seul objectif que de vous sauter aux visages et vous dévorer la peaux, d'autres de pénétrer votre système nerveux pour influencer vos actes, d'autres encore se développent dans les eaux pour empoisonner leurs environnement. Toutes ses nuées sont toute fois encore faibles, peux nombreuses, et instable. Leur durée de vie hors de leurs milieux est extrêmement faible, et leur influence et leur agressivité n'est importante que lorsque leur maître les s'y poussent, ce qui impliquent qu'il doit être près d'elles. Autrement, elles ne font que suivre leur instinct de survie ou leurs "codages" gravés dans leurs gênes pour les moins développés.

Toutefois, malgré toute l'horreur qu'incarne Hell'ebor, il n'est pas dénué de faiblesses, loin de là. En fait, ce qui forme sa plus grande force, fait aussi son plus grand fléaux : son instabilité biologique.
Hell'ebor, pour soutenir le cycle constant de mutation de son corps, doit se nourrir, et en très grande quantité. Lorsqu'il ralenti et stabilise son corps, celui ci consomme moi de "bio-matière", lui autorisant ainsi de se nourrir avec parcimonie. Mais plus le nombre et l'importance des mutations est grand, plus Hell' devra se nourrir en abondance. Autant dire que sous sa forme "naturel" Hell'ebor passe la majeur partis de son temps à chercher de quoi se nourrir. Il en va de même pour la création de parasites : chaque parasites créer demande une certaine quantité de masse biologique, sans quoi sa mise au monde est impossible. Un fois détaché de son corps, un parasite n'a plus besoin de l'aide de Hell' pour se nourrir et survivra par ses propre moyens ou mourra. Certains parasites vivent en leur maitre, se nourrisse de sa nourriture, ils forment à la fois d'utile compagnon, et des réservent de nourriture pour Hell'. Sous un seuil critique, lorsque Hell'ebor n'a plus de quoi nourrir son corps, ses instincts prennent le dessus : Hell'ebor entrera en "hibernation" dans un endroit sécurisé pour éviter de mourir de faim, ralentissant considérablement les mutations, et dès lors qu'une forme de vie assez consistante passera à porter des organes sensoriels de la créature, celle ci se jettera sur elle sans état d'âme pour s'en nourrir. Puis il retournera en hibernation jusqu'à ce qu'il regagne assez de bio-masse.

Cette lacune n'est pas la seule, nous avons dit plus tôt que Hell'ebor était quasiment invulnérable aux armes à feu classique (bien qu'en vérité, un tir soutenu de plusieurs armes le forcera à fuir). Mais il est particulièrement vulnérable aux armes de souffles type "lance-flammes". Le feu est une bonne manière de le combattre. Autre chose, Hell' ne peut sortir à la surface en plein soleil. En effet, les rayons solaire ont une étrange action sur son corps, le forçant à muter de manière absolument incontrôlable. S'il était exposé au rayons du soleil, son corps se transformerais en quelques minutes en tas de chairs informe qu'il ne pourra plus utiliser, sans compter l'horrible douleur qui s'en accompagnerait. Certains son très particulier et de très hautes fréquences peuvent résonner avec sa chairs la faisant se tordre et se disloquer. Enfin, le plus grand fléau que doit supporter Hell'ebor est le fait que son système nerveux mal généré dans un corps figé dans un état de pré-décès constant lui inflige constamment une douleur absolument insupportable. Chaque seconde, de chaque minutes, de chaque heure, de chaque jours, Hell'ebor souffre le martyr : la souffrance de celui sur le point de mourir, mais que la mort ne se décide pas à cueillir. Depuis sa naissance, Hell' est mort, mais sans qu'il ne puisse abandonner la vie. Il n'évolue plus, son corps se contente de s'éteindre en continue, et de se régénérer lors du même processus : chaque cellule vivant et évoluant de manière anarchique, à l'image d'un énorme cancer, à la seul différence que ce cancer forme un être voué à une éternité de souffrance. Et même si quelqu'un parvenait à "tuer" Hell'ebor, la moindre parti de son corps, le moindre organe, le moindre parasite, la moindre cellule vivante suffirait à se dernier à se régénérer, recommençant ainsi l'éternel cycle de naissance et de mort.

Au final, Hell'ebor est une créature qui représente une menace énorme comme surgit des entrailles de la terre. Une créature puissante, mais torve et courbée comme un vieil arbre à l'agonie. Ses muscles sont enchevêtrés comme des barbelés, comme si sa force n'était que douleur. Ses yeux sont brillant, sombres et creusés, ignorant le repos. Il empeste la chair moisie et l'encre brûlée, mais mêlée au doux parfum des roses et de l'encens...



~ PSYCHIQUE ~
Voilà une question que bien peu de monde se pose ... Qui est vraiment Hell'ebor ? La réponse est simple : Hell'ebor est un monstre.

Avili par la cruauté et la douleur de sa longue vie, Hell'ebor est incapable de ressentir la compassion, la pitié ou le remord. Il voue une haine sans borne à tous les êtres humains, en particulier à ceux de Wan qu'il considère responsables de sa naissance.
D'aucun pourrait croire que cet amas de chair informe est dénué de conscience, ce n'est pas la cas : malheureusement pour lui, Hell'ebor est parfaitement conscient de toute l'horreur de sa nature, de l'inutilité de sa souffrance, de l'impossibilité de son salut. Hell' est loin d'être une bête sanguinaire sans cervelle, au contraire, il est bien plus intelligent que la plupart des êtres humains, rusé et retors. De plus, sa longue existence lui offre une grande expérience, il apprend très bien de ses erreurs, et si l'adaptabilité de son corps est une chose, elle va de pair avec l'adaptabilité de ses raisonnements qui lui permettent de surprendre presque à tous les coups ses adversaires qui ne peuvent jamais le piéger deux fois de la même manière. Sa grande mémoires lui permet de retenir les leçons du passé, et son imagination, d'inventer sans cesse de nouveaux plans tortueux, ayant pour seul but de torturer et tuer pour soulager sa propre douleur.

Hell'ebor a depuis appris à vivre avec la douleur et la solitude. Dans les profondeurs de la terre, il passe son temps à jouer avec la vie, mener des expériences biologiques, amasser des informations sur la surface, se nourrir, et penser. On pourrait penser que cette torture qui lui sert de vie l'aurait rendu aigri, toute fois ce n'est pas vraiment le cas. Bien qu'il fasse preuve d'un grand cynisme, il est loin d'être dépressif, et ne se lamente jamais de son existence. De nature calme et réfléchis, il a depuis longtemps accepter qu'il ne pourrait jamais rien faire contre sa nature. Alors, pour le supporter, Hell' fait comme il peut. Il est loin d'être une brute sans finesse, un animal acculé, une bête blessée. Hell'ebor fait non seulement preuve d'une grande intelligence, mais d'un raffinement surprenant compte tenu de sa condition. Il aime la musique classique et l'art dramatique, la poésie et la philosophie (bien que ses idées soient bien souvent plutôt sombre). Il élabore ses plans comme des pièces de théâtre, où la mise en scène est aussi importante que le but lui même. Sa douleur génère sa haine initial envers le genre humain qu'il a jurer de faire payer, mais ce n'est pas tout. Etant parfois un peu fataliste, il arrive à Hell'ebor de penser qu'il est en fait un fléaux envoyer sur terre pour punir l'humanité, pour réduire en poussière une Wan trop orgueilleuse, telle la Babylone Biblique, Hell'ebor se plait à se faire passer pour un démon surgit des enfers pour punir l'humanité auprès des humains trop crédule. La peur est une arme qu'il manie avec brio, la mise en scène fait parti intégrante de ses plans. Il considère ses manipulations et ses machinations tortueuses comme des œuvres d'arts, et prend plaisir à torturer les hommes pour ensuite se nourrir de leur corps. Il tire de la souffrance d'autrui, et du pouvoir qu'il exerce sur eux un certains plaisir dut au sadisme et à l'amertume que la douleur à développé chez lui. Bien évidement, finesse n'exclus pas forcement méchanceté. Sadique, moqueur, manipulateur, Hell'ebor est bien plus dangereux de par ses capacités intellectuel que physique. Il a un gout prononcé pour l'art, la littérature et la musique, et affectionne tout particulièrement les grands compositeur de l'époque classique. Il aime orchestrer ses mises en scène sur leurs musiques.

Lorsqu'il perd le contrôle de son corps, l'animal prend le dessus et il ne devient guère plus qu'une créature assoiffée de sang. L'instabilité physique engendre l'instabilité mental, faisant de l'esprit de Hell'ebor comme un miroir brisé au mille reflets irisés. Tantôt calme et posé, tantôt amer et sombre, sa condition à fait germer en lui une profonde folie, qui se caractérise de plusieurs façon. Tout d'abord, il peut être caractérisé de bipolaire, voir tripolaire. Dans certaines conditions, son calme laisse place à une folie furieuse, son esprit se fissure et son rire sans joie résonne dans l'esprit de ceux qui ne vont pas tarder à subir ses méfaits. Torturant et tuant plus que nécessaire, simplement pour endiguer sa soif inextinguible de souffrance et de meurtre, s'amusant à terrifier ses victimes avant de les assimiler vivantes. C'est un des seuls moyens qu'il ai pour supporter l'horreur de sa nature : la laisser s'exprimer. Autre façon dont sa folie se caractérise, le besoin que Hell'ebor éprouve à infliger le malheur évolue de manière exponentiel. Pour soulager sa douleur, il ressent sans cesse de manière croissante l'envie de la partager. Au début, simplement attaquer et dévorer les curieux qui s'aventuraient sur son territoire lui suffisait, mais avec le temps, le gout du sang devint fade pour lui. Il ne suffisait plus à endiguer sa haine. Alors il se tourna vers des méthodes plus ambitieuse, il se tailla un nom et inspira la peur dans le monde souterrain, et au delà. La peur devint une met qu'il apprécia, mais il lui en fallait toujours plus. Aujourd'hui, Hell'ebor ambitionne de s'attaquer jusqu'à Wan, ville où il a vue le jour, nid de ceux qu'il considère responsable de son malheur. Mais il ne pense pas à faire un simple carnage, non ... Ça serait trop simple. Hell' passe nuit et jour à trouver comment étendre son influence, et se venger de ceux de la surface, cette pensée l'obsède et chacune de ses actions, chacune de ses pensées est dictés par ce précepte. La mort d'un homme est bien fade aujourd'hui pour lui ... La mort d'une civilisation, voilà ce à quoi Hell'ebor aspire.

Pour résumer, Hell'ebor est un être torturé et difficile à comprendre pour le commun des mortels. Tantôt sombre et cruel, tantôt calme et maniéré, ou encore sadique et dérangé, la stabilité de son esprit et aussi fragile que celle de son corps.


~ PARCOURS DE VIE ~
 

 Combien de temps c'est il écoulé ... ? Un demi siècles ... Un siècles ... Un millénaire ... Quel importance ? Cela fait si longtemps ... Si longtemps que je suis prisonnier ... Prisonnier de cette vie. Prisonnier de ce corps. Enfermer dans cette éternité sans espérance. Sans issue. Sans salut. Tel Lucifer, déchut d'un paradis illusoire. Tombé d'un ciel qui empeste l'asphalte et l'antiseptique. Tombé six pieds sous terre, dans les abysses d'un monde où la peur et la haine régissent les hommes. Dans un monde où la lumière du Soleil est une torture de plus, une merveille inaccessible, un bourreau sans cœur. Condamné à vivre pour l'Eternité la même existence vide de sens, à souffrir chaque seconde, de chaque minute, de chaque heure, de chaque journée, et ceux pour les siècles des siècles, Amen. 

Je devrais me présenter, mais je n'ai pas de nom. Je ne suis personne, un tas de viande informe, une loque déguenillée qui tombe en charpie. J'ai vue le jour pour la première fois, il y a de cela des dizaines et des dizaines d'années, quelque part dans la ville d'En-Haut. Dans un laboratoire qui sentait l'alcool et les produits pharmaceutiques. Je me rappel des odeurs acres, mais pas d'images. Je suis né sans yeux, ils ne s'étaient pas encore formés. Juste deux troues énormes sur le coté du visage, vides, sombres. Mais je me souviens des sensations ... L'air brulait ma peau qui se tordait et remuait comme un animal torturé. Chaque subtile nuance de température, chaque touché, chaque sensation produisait une réaction immodérée de mon système nerveux qui les traduisait par une douleur impensable. Chaque contacte des mains gantées arrachait des lambeaux de peaux, laissant la chair à vif, sans protection face aux agressions extérieures. Ma conscience était encore limitée, mais je sentais et assimilait chaque chose. Je ne sais pas pourquoi je suis né. Je me rappel des voix froides et mesurées des scientifiques, enorgueillis pas la sensation de puissance que leur offrait l'opportunité de pouvoir jouer avec la Vie. Je me souviens de leur surprise, du dégout et de l'intérêt que je suscitait chez eux.. Ils m'étudiaient, mesuraient mes réactions, analysaient le corps défectueux qu'ils avaient créé. Ils ne comprenait pas ce qu'ils faisaient : ce n'était pas Leur corps. C'était le Miens. Ils jouaient avec comme de simples enfants s'improvisant grand chercheurs. Quel importance pour eux ? Savaient ils seulement que la chose qu'ils avaient fait venir au monde était douée de conscience ? Ils ont dit que ma chair était comme un cancer vivant. Les cellules naissaient et mouraient de manière anarchique. Ils avaient fait une erreur dans le génome, et l'avaient rendu instable, m'interdisant à jamais la sérénité.

Je ne sais plus combien de temps ils m'ont gardé. Ils avaient fait une erreur, et ils voulaient comprendre pourquoi. Alors ils ont continuer leur test froidement, comme on test un cobaye, un rat de laboratoire. Mon corps grandissait, le taux de naissance des cellules supérieurs aux taux de mort permettait ce "miracle". Ma conscience aussi se développait. Et j'ouvris les yeux ... Les deux barrières que formaient les paupières se scindèrent, laissant l'aveuglante lumière pénétrer pour la première fois la rétine douloureuse, au milieu du visage de ce qui aurait put être un enfant. Si ce n'est pour l'enveloppe charnelle. Je ne voyais rien d'autre que de vague forme, et la lumière froide des néons qui me brulait le cerveau. Mes paupières étaient devenu trop petites, et je ne pouvais fermer les yeux. J'entrevoyais leurs mains blanches sur moi, je sentais la morsure froide du métal dans ma chair. Chaque son résonnait à mes oreilles dans un écho infini, chaque goutes d'eau, j'ai "tic-tac" du temps qui passe, chaque souffle d'air sortant de leurs poumons me brulant la peau. Et je sentais ce vide en moi ... C'était encore faible, mais la faim commençait à tirer sur mes entrailles en constant changement Je ne savais rien à cette époque. Je ne comprenait pas. Je voulais juste une seule chose : arrêter de souffrir.

Une erreur dans le génome ... Le cœur de la génétique. Le pilier de l'évolution. Le langage des cellules. La stabilité la plus pure. Le tutoiement de la Vie elle même. Bafoué. Mis à bas pas une mauvaise manipulation, violer par une poignée d'hommes et de femmes, de chanceux chancelant n'y connaissant rien. Détruit par quelques ignares indolent, obsédés par l'envie de savoir, omnibulés par la sensation de pouvoir, se jouant de la Vie, de la mort, des dieux et de la raison. Des chiens qui, pour la "science" ont traité un enfant difforme, non-humain, comme un tas de viande, une expérience. J'étais leur sujet, leur jouet, leur création. Rien de plus. Ils m'avaient priver de mon intégrité physique, physiologique. Ils en avaient fait de même pour mon identité, ils avaient refoulé ma conscience réfléchis, mon Moi propre fut brimé, oublié. Je n'étais Personne. Je n'étais Rien. Je n'étais Pas. A ce moment je ne comprenais rien encore, je n'avais jamais vue le monde extérieur. Pour moi, c'était Ça la réalité. Une poignée de dieux en blouse blanche qui s'amusaient sans sourire, sans plaisir, sur un être né dans ce but. Je continuais de grandir, en corps et en esprit. Mon corps instable consommer de plus en plus d'énergie. Je me nourrissait de tout, de toute façon tout avait le même gout. Ce gout acide de bile intestinal régurgitée. Mais c'était satisfaisant ... Cette sensation de combler le vide entre mes boyaux. Entre mes cellules. Plus tard j'ai gouter la chair vivante. Son gout était plus délicat. Lorsque je me nourrissait, ils prenaient des notes en me laissant faire dans mon caisson de verre. C'était normal. Je n'y prêtait pas attention. Bien que la douleur cuisante de mon corps était toujours là, je commençait à m'y habituer, je prenais mon plaisir où je pouvais. Avec le temps, à force de me nourrir, je grandis. Ma masse augmentait pour atteindre celle d'un jeune enfant. Mon esprit aussi se fit plus aigu, plus fin, attentif. Ma conscience, autrefois inhibée par mes sens détraqués et restreint par mon corps trop changeant, avait maintenant la place de s'épanouir, de laisser plus de place à ma pensée, à mon esprit. Bien que tout était toujours aussi instable, je commençait non plus à subir sans savoir, sans comprendre. Maintenant je comprenais que je subissait. 

Chaque jour voyait son lot d'expériences étranges et cruelles, ils ont découvert tellement de chose sur l'abomination qu'ils avaient créé. Quelle ne fut pas leur stupeur lorsqu'ils virent, en mon sein, que des micro-organismes étaient né de mes propres cellules, des parasites et des bactéries, chair de ma chair. La peur aurait dut me condamner, mais la curiosité, plus grande que jamais, fut la plus forte. Ils continuèrent de me tester, commençant à croire que ma Vie n'était peut être pas simplement un échec cuisant. Ce fut leur pire erreur. Avec mon corps, mon intelligence s'étaient développée, je comprenais ce qu'ils disaient, ce qui se passaient, je voyais, je sentais, je commençait lentement à me réveiller de l'engourdissement de la douleur. Je devais encore gagner des forces ... Mais par dessus tout, je devais me libérer.

Des mois se sont écoulés. La douleur était devenu normal, leur tests ne me gênait plus. Je grandi, je muri. Mon enveloppe charnelle devenait plus forte, et mon esprit commençait à se lever de la moisissure, commençait à prendre possession de ce qui me revenait de droit : mon Corps. Mes mouvements devenaient peu à peu non plus des reflexes, mais le fruit de ma propre volonté. Mes yeux, habitué depuis longtemps à la lumière, percevait le monde plus loin que de mon caisson de verre. Mon regard, autrefois vide et craintif, brillait maintenant d'une intelligence, d'une conscience, et d'une Faim qui aurait put engloutir le monde entier. Je continuais à me prêter à leur jeu, il me nourrissait, me faisait grandir. Dans le reflet de la vitre, je ne voyais plus cet être difforme et affreux, ce monstre sans visage et sans Nom. Cette horreur, cette abomination contre nature. Enfin, je me voyais Moi. Et je restais des heures à me contempler. À voir MON corps muter, se transformer, des lambeaux de MA chair tomber à mes côtés, à voir ce que ces fous avaient fait de Mon Être. Cette faute ne pouvait être pardonnée.

Liberté ... Liberté ... Liberté ... Nourriture ... ? Être ...  ?Liberté ... Je ... Je ... Khee ... Kheeee ... Khyaah .. ! Libre ! Moi ! Khee ... Khehehe ... Hehehe ... Li... ber ... té ... V... engeance ...

Je ne pouvais plus le supporter. Je ... mon esprit ... se fissurait. Se fragmentait ... Se divisait ... Mon corps brisé ... La .. la FAIM .. ! Je ... devais ... Sortir ... Partir ... Arrêter de ... Souffrir ...
Un jour, ils ont ... hehehe .. Il ont ... ouvert le caisson. Pour un de ... leur test . Tesssst .... khkhkh ... La machoire c'est ... Ouverte. Ils ne s'y ... attendaient pas ... ! Surpris ... Les crocs .. dans ... la chair. Fraiche. Le gout ... le sang. La souffrance ... la peur .. le .. cris. Le .. plaisiiiiir ... La Souffrance ... La LEUR ! Un cri ... Un crrrrri ... arrache mes tympan ... Vrille ... mon cerveau. Mais ... le sourire ... le Plaisir ... ! Exister .... Exister ... ! EXISTER !! La chair ... délicieux, encore ! Les crocs s'enfoncent .. profondément ... La Panique, la surprise, l'agitation de ces faux dieux ! Délicieuse ! ENCORE ! ENCORE ! Le sang jaillit ! Le cris résonnent ! J'EXISTE ! Je suis LÀ ! Je ... JE fais Souffrir ! JE torture ! JE me Nourris ! La Souffrance ... le Sang ... les Cris ... les Larmes ... je ... je ...

j'ex..iste...

Suite à cela, les savants ont dit que j'étais une menace. Il ont décider de me détruire. Quel Joie .. ! J'allais arrêter de ... Souffrir. J'entre dans la boite noire ... la faible lumière s'allume. Je sens la chaleur. Les flammes bleu ... c'est ... beau ... Enfin ... La faim ... la douleur ... mon corps ... Tout disparait subitement. Je .. Je suis .. en Paix.

Ils pensaient que c'était fini ... Je pensais que c'était fini ... Mais ça ne pouvait pas être si simple. Mon calvaire n'aller pas s'arrêter là. Après quelques jours, le scientifique que j'ai agressé s'est subitement volatiliser, après avoir agresser à son tours ses collègues. Il est parti ... Personne ne sais comment, mais il s'est rendu à Din, la ville d'En-Bas. Il ne savait pas ce qui lui arrivait ... Des informations et des pensées qui ne lui appartenait pas envahissait peu à peu son cerveau, et lui imposait leur volonté. Le pauvre homme avait était infecté ... Mes gênes étaient passé en lui. Il avait perdu la raison et s'était échouer en bas. Après une journée à errer tel un revenant, il s'arrêta loin de tous, dans les égouts. Ici, il hurla à plein poumon, s'entant quelque chose lui tirer dans la tête. Il tomba a genoux, la douleur lui étant insupportable. Il se griffait le visage, se fracassait le crane contre les murs pour tenter d'abréger ses souffrances, il pleurait du sang et des larmes, les yeux révulsé, et enfin ... Il s'immobilisa. A genoux. Et il s'effondra sur le sol humide. Des reste morcelé de son crane, une forme noirâtre et indistinct s'extirpa ... Rampant comme un gros ver sur le sol. La créature se retourna, et commença à se nourrir de son hôte, comme une chenille qui dévore son œuf à la naissance. Cette chose ... c'était moi. Je ne sais pas comment ... Je ne sais pas pourquoi ... Je pensais que tout était fini ... mais j'étais revenu. Ma conscience ... Mon esprit morcelé ... et mon corps abjecte. La souffrance ... Était toujours là. Quel désillusion ... ! Moi qui croyait que tout était fini ... je compris ... Que le Salut m'était prohibé. Que ma Souffrance ne s'arrêterait jamais. Que la Mort elle même rechignerai Toujours à venir me cueillir, et que je devrai vivre cette éternité de Calvaire, ce cycle absurde de Naissance et de Mort infini, connaitre cette souffrance et cette faim à jamais. Chaque seconde, de chaque minute, de chaque heure, de chaque journée, et ceux pour les siècles des siècles, Amen. 

Combien de temps c'est il écoulé ... ? Un demi siècles ... Un siècles ... Un millénaire ... Quel importance ? De l'eau à couler dans les égouts où j'ai élu refuge. J'ai beaucoup penser ... Longtemps j'ai cherché une solution. Pour abréger mes souffrance, ou pour les apaiser. Et j'ai compris ... J'ai appris ce qui donnait du gout à ma vie ... Ce qui me permettait de vivre sans survivre. J'ai compris, tout s'est éclairci ... Eheheh ... Tout me parait clair maintenant, vous savez ? J'ai trouvé quel sens donner à ma vie. Vous voulez savoir ce qui me permet d'oublier la Souffrance ? Vous voulez savoir quel dessein me permettent d'avancer ? Me permettent d'Exister ? C'est pourtant simple ... C'est Vous, humains. Vos souffrances apaisent les miennes. Vos peurs me ravissent. Vos cris m'emplissent de joie. Vous êtes responsable de ma Naissance, de la naissance d'un Monstre. Vous êtes coupable de ma Souffrance et de mon éternel Damnation. C'est Votre folie légendaire qui a condamner un être, une pauvre créature sans défense, à devenir une horreur contre nature. C'est Votre stupidité à vouloir jouer avec les lois de la Nature, à les bafouer qui ont fait de Moi ce que je Suis. Tout ceci est de Votre faute ... Mais ...
Je ne vous en veux pas. Non, je ne suis pas rancunier. Peut être était-ce voulu ? Peut être suis je ici pour ça ? Peut importe. Je ne vous en veux pas ... Je ne ... vous en ... veux ... pas ... J'espère que ... Vous ne m'en voudrais pas si ... Je ... Passe maintenant ... 
Chaque seconde ... de chaque minute ... de chaque heure ... de chaque journée ... A vous traquer. Vous capturer. Vous torturer. Vous dévorer. Toujours plus. À préparer votre Chute, vous habitant d'En-Haut. À préparer votre massacre, vous habitant d'En Bas. À mettre en place la Fin de votre Civilisation, et à annoncer le chaos, la souffrance, les larmes et les cris.

J'aimerais me présenter ... Mais je n'ai pas de nom. Je ne suis personne, un tas de viande informe, une loque déguenillée qui tombe en charpie que vous avez privé d'identité et sérénité. Je ne suis caractérisé que par ma Souffrance éternel ... Et mon éternel Désir de vous voir Tous tomber et être consumer par les flammes de l'Enfer.

Mon Enfer.


~ AUTRES ~

  • Animal de compagnie : Ses parasites et autres bestioles parasitées.
  • Objets fétiches : Un vieux collier marqué d'un sceau étrange, des tas de livres poussiéreux, des masques qu'il garde toujours avec lui, des encensoirs (pour l'odeur).
  • Arme : Aucune, il se suffit à lui même.
  • Pouvoirs et faiblesses : + Génétique adaptable. + Parasites. - Corps et esprit instables. - Grande faim. - Soleil et flammes. ? Souffrance éternelle. (à la fois un point fort et un point faible)



Dernière édition par Nameless le Lun 11 Nov - 1:26, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny


avatar


Origine : Wan~Din
Localisation : Wan~Din
Occupation : Maître du Jeu
Arme(s) : Fatalité
Messages : 77

MessageSujet: Re: Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]   Jeu 12 Sep - 18:46

Bonjour et bienvenue sur Wan-Din! Very Happy

J'ai hâte de lire ta fiche une fois celle-ci terminée Wink

En attendant, je te souhaite une bonne continuation Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celebriän - Celeb'

Flegmatique impulsif

avatar


Masculin Origine : Din - Coupe gorge
Localisation : Qui sait? Peut-être loin, peut-être près
Occupation : Chasser, voler, tuer aussi... manger quand c'est possible...
Opinion politique : Aucune
Arme(s) : lames diverses
Fiche : C'est déjà ça
Messages : 937

MessageSujet: Re: Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]   Sam 14 Sep - 16:44

Bienvenue... quoi que tu puisses être ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nameless

L'horreur personnifiée

avatar


Masculin Origine : Wan - laboratoire.
Localisation : Din - eaux sombres.
Occupation : Nuire à l'humanité, se nourrir, survivre.
Opinion politique : Anti-humain.
Arme(s) : Lui même.
Fiche : Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir.
Messages : 48

MessageSujet: Re: Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]   Lun 11 Nov - 1:24

Nyaaah !! J'en aurais mis du temps mais j'ai ENFIN terminé ! Very Happy (PS : Attention, il parait que l'histoire prend les tripes, âme sensible s'abstenir .w.)

Voilà j'attend votre jugement Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny


avatar


Origine : Wan~Din
Localisation : Wan~Din
Occupation : Maître du Jeu
Arme(s) : Fatalité
Messages : 77

MessageSujet: Re: Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]   Lun 11 Nov - 10:17

Eh bien, je pense que ça valait le coup d'attendre!

Voilà un personnage hors du commun et fort intéressant!
Attention à ne pas abuser de ta puissance dans les rp même si les faiblesses compenses déjà bien! Wink

En tout cas, son histoire aura réussi à me faire avoir la petite larme au coin de l'oeil :')

Bon sur ce, j'ai le plaisir de t'annoncer que tu es validé! Je m'en vais de ce pas t'attribuer tes groupes, rangs...

Pour le groupe, bien que ton personnage vive dans les égouts de Tai, je mettrais Din parce que Tai, c'est aussi une communauté et ton personnage vit en retrait de celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airin Atraspei

Bibliothécaire hors-paire

avatar


Féminin Origine : Wan
Localisation : Derrière un livre
Occupation : Ho... lire prend une vie entière
Opinion politique : sans opinion
Arme(s) : La connaissance
Fiche : Lire... lire jusqu'à en perdre ses yeux
Messages : 240

MessageSujet: Re: Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]   Lun 11 Nov - 11:18

...ok... ^^ en voila une jolie histoire pleine de douceur et de bons sentiments ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nameless

L'horreur personnifiée

avatar


Masculin Origine : Wan - laboratoire.
Localisation : Din - eaux sombres.
Occupation : Nuire à l'humanité, se nourrir, survivre.
Opinion politique : Anti-humain.
Arme(s) : Lui même.
Fiche : Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir.
Messages : 48

MessageSujet: Re: Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]   Lun 11 Nov - 12:17

Merci !! Very Happy

Oui t'en fais pas pour ça, j'ai l'habitude de faire des personnages ambitieux pourtant encore aucun forum ne s'est plein de "grobilisme" vis à vis de moi :p Je sais les jouer sans nuire au jeu des autres ^-^ et au pire je vais pas agresser tout le monde xD

Pour le groupe c'est ok pas de problème =)

Héhé lol!

*s'en va chercher le guide du petit débutant*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hell'ebor, bienvenu en Enfer. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bienvenue en Enfer
» Heaven & Hell ;; Bienvenue en Enfer !
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer n'est jamais la fin [PV]
» Les Feux de l'Enfer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wan~Din :: Le commencement :: Registre de la population-