Wan, la ville du ciel...Din, la ville de la terre... Quel camp choisirez-vous?

Partagez | 
 

 La fin d'un espoir [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: La fin d'un espoir [libre]   Mer 24 Juil - 20:34

Étais-je morte ou encore en vie ? Qui étais-je et où ? Tout se chamboulait dans mon esprit. J'essayais d'ouvrir les yeux mais mes paupières semblaient si lourdes. Cela faisait un moment que j'essayais de sortir de cet état léthargique en vain. Mes mains répondaient difficilement, je bougeais les doigts mais quelque chose semblait m'empêcher de bouger. Étais-je bloquée ? Allais-je mourir ou bien était-ce ma nouvelle condition ? J'avais du mal à me souvenir pourquoi je m'étais retrouvée dans un tel état. Il n'y a pas si longtemps je marchais normalement dans les rues, je parlais à un ami... Quel était son nom ? Je me souviens bien de son visage parfois bienveillant malgré lui et ses cheveux argentés en pagaille. Bakura, oui c'est ça. Même que ce dernier n'arrêtait pas de m'appeler moustique et je déteste ça. C'est ça, Mitsuko, Mitsuko Kokia, voilà mon nom.

Je sens ma main droite légèrement bouger et une terrible douleur résultant du mouvement, j’arrête alors de bouger. Non, se débattre ne marche pas j'ai déjà essayé plus tôt. Mais où suis-je ? Que s'est-il passé ? Après un instant d'intense réflexion cela me revient. Tout a été si vite. Je pense avoir vu des gens courir brusquement dans les rues, je n'avais pas vraiment pourquoi mais Din est si étrange ces derniers temps que je ne m'étais pas questionnée. Moi-même je me cachais de tous pour éviter d'avoir des ennuis. Mais apparemment je n'aurais jamais du sortir de mon trou de souris. Des gens bien habillés à l'allure presque militaires sont arrivés vers moi en hurlant, les poings en l'air. Maintenant que j'y pensais les personnes en passant m'avaient incité à courir, ce que je fis aussitôt après avoir tourné les talons. Mon cœur battait la chamade. J'avais entendu dire qu'il y avait des chasses à l'homme et qu'ils capturaient les Dinois pour les envoyer là-haut et plus ou moins si on se faisait capturer on mourrait dans tous les cas. Je ne voulais pas disparaître. J'avais bien conscience qu'une personne comme moi n'avait pas une grande importance dans ce monde mais je voulais juste vivre encore un peu. Je rattrapais le groupe de fuyards tandis que les gardes nous rattrapaient eux aussi. C'est alors que mon pied se prit dans une barre de fer traînant au sol, me faisant voler quelques mètres plus loin. Un des gardes se ruait alors sur moi, je me défendis comme jamais et lui mordis le bras à sang comme si j'allais le lui arracher. J'avais pensé à cet instant à ce qu'aurai fait Bakura à ma place, je pense m'être approché de sa réaction s'il avait eu ma force de mouche. Bien sûr, sans grande surprise, le garde plus qu'agacé n'eut pas de pitié pour moi. Lorsqu'il leva sa matraque mon cœur sembla s'arrêter. Le temps ralentit, je vis la mort en face. Assénée de coups dans le visage, le ventre et la poitrine et le dos je tombe à terre inconsciente. Je les entendis attraper d'autres gens et puis parler de moi.


- Laisse-la pour morte, elle a rien dans le ventre. Enterre-la sous des déchets bien lourds, ça conviendra parfaitement à son rang! Et puis comme ça si elle est pas morte elle le sera bientôt, broyée par le poids.


Ils rirent et si j'entendais tout je ne pouvais à ce moment là pas bouger d'un pouce. Je sentis des poids peu à peu sur moi puis entendis plusieurs de mes os se briser. Je crois que c'était plusieurs côtes et ma jambe.  J'aurais du crier tant cela me fit souffrir mais je ne le pouvais pas... Pourquoi ? J'allais mourir ça ne faisait aucun doute. Je souffrais trop, je transpirais tellement la douleur était intense et je perdais connaissance puis revenais à moi sans cesse. Pitié, il fallait me laisser partir. Je ne pouvais me sortir de là. Pourquoi n'étais-je pas encore morte ? Ça n'a plus de sens, je ne peux appeler à l'aide et personne ne va secourir une frêle main dont les doigts bougeaient à peine. Je repensais à Bakura et me mis à pleurer, c'est la seule chose que j'étais encore capable de bien faire. Il se serait bien encore moqué de moi, une dernière fois...

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hemera


avatar


Masculin Origine : Wan
Localisation : Din
Occupation : médecin vengeur
Opinion politique : Anti-Wan anciennement pour l'égalité
Arme(s) : scalpel
Fiche : Médecin déchu
Messages : 50

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Sam 27 Juil - 11:26

Une rafle, encore une. Ca n'était pas la première fois, ça ne serait pas la dernière. Il avait vu les gens courir, tout un tas de personnes qui revenaient vers le centre, le souk, le hangar. C'était impressionnant. Cela me faisait penser à ces documentaire animaliers... lorsqu'un prédateur arrive, toutes les proies fuient. Ils laissent derrière eux des blessés et des morts. Ceux qui ne sont pas assez forts. Ceux qui sont le moins fort. Et c'était ça que j'allais chercher en remontant la piste des fuyards. Les traces remontaient jusqu'aux coupes gorges. Un endroit déjà pas recommandable à la base mais là ça devenait suicidaire avec les rafles... Là ils savaient que les gens étaient forts. Ils se battaient tous les jours, s'endurcissaient et fournissaient de bon... « combattants » pour les arènes.

Je regarde, c'est horrible. On dirait un charnier. Il y a des corps sur le sol, piétinés par les autres. Je vais les voir... regarder s'il y en a qui respirent encore, fermer les yeux de ceux qui sont mort, soulager et abréger les souffrances de ceux qui sont condamnés. C'est le moins que je puisse faire pour eux pour le moment.
Un monceau de détritus et de trucs... lourds m'interpelle... Jamais on ne verrait ça à Din normalement. Cela serait... démantelé à une vitesse extrême. Il y a sans doute des choses à récupérer. Je m'approche de l'endroit, pour voir, ça cache quelque chose. Je tourne autour un moment. Et remarque quelque chose qui me fait pâlir. Je sens le sang refluer de mon visage. Il y a quelqu'un là dessous... du moins il y a une main dessous. Et qui a l'air de remuer un peu, même de façon infime.
Sans vraiment réfléchir à la présence de quelqu'un d'autre autour, je commence à enlever ce qui constitue le tas. Si la personne dessous pouvait bouger la main c'était... soit un réflexes puisque quelque chose appuyait sur un quelconque nerf ou qu'elle était encore en vie. Etrangement, je me focalisait sur la dernière possibilité. Je préférais... quand bien même m'a vie n'avait plus beaucoup de buts, je restais... j'essayais de rester un peu positif... Sinon je n'avais qu'à me trancher les veines et puis c'était tout.

Je fini enfin par découvrir le bras qui était attaché à la main, le torse, de là je dégageais vite la tête pour que la jeune fille puisse respirer... Et ensuite je m'attaquais aux jambes... Une fois totalement dés-ensevelie... je reculais... La pauvre fille avait des membres brisés, des écorchures partout, elle saignait beaucoup du visage, elle avait du mal à respirer aussi, sa cage thoracique semblait enfoncée par endroits. Il ne restait qu'à prier pour qu'elle soit combative et que les côtes sans doute brisées n'aient pas perforé les poumons et à fortiori ne soient pas trop proche du cœur... Avec les moyens dont je disposais cela aurait relevé du miracle si dans un de ces cas j'avais pu la sauver.
Mais pensons à autre chose. Rapidement j'ouvris le sac de premier secours que j'avais toujours avec moi. Scalpels, de quoi faire une atèle de fortune...E t ha voilà... un anti-douleur, ça n'était pas à proprement parler de la morphine... mais ça atténuait un peu la sensation des os brisés et autres chocs.


-Mademoiselle... Je m'appelle Gabriel, je suis médecin je vais essayer de vous soigner le mieux que je peux. Mais il faut que je sache si vous êtes allergique à certains produits. Si vous m'entendez et que vous pouvez le faire clignez des yeux pour me répondre. Si vous avez des allergies à des produits médicaux clignez une fois des yeux, ça me suffira.

Tout le monde ne supportait pas tous les produits, et ça aurais été stupide si en voulant la sauver j'aggravais son cas... j'espérais qu'elle était encore consciente... il le fallait sinon ça allait s'avérer très compliqué pour moi,e t très dangereux pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Sam 27 Juil - 16:19

Alors que les ténèbres semblaient m'ensevelir j'entendis des pas se rapprocher. Sur le moment j'eus très peur. Étaient-ils venus pour m'achever en ajoutant encore du poids ? Je me rappelais des rires des derniers qui m'avaient mise ici et si j'avais eu l'envie de mourir je ne voulais pas pour autant qu'on s'acharne sur moi. Oh, faites que la personne s'en aille me dis-je en moi-même. J'avais perdu la notion du temps, chaque seconde me semblait une éternité. C'est alors que je sentis le poids de ce qui me recouvrait s'alléger contrairement à ce que je pensais. Est-ce que quelqu'un m'avait repérée ? Quelqu'un était venu pour moi ? J'essayais de ne pas me faire trop de faux espoirs. Peu à peu je percevais de fins traits de lumières traverser les détritus. J'avais tenté d'appeler à l'aide et de dire que j'étais là mais aucun son ne sortait de ma bouche. Heureusement la personne arriva au bout de son pénible labeur et me dégagea. Était-ce fini ? J'étais si faible que même après avoir été libérée de ce poids je peinais à respirer et à bouger. Je me demandais si j'allais m'en sortir malgré tout. J'essayais de fixer le visage de celui qui m'avait sorti de là d'un air à la fois désespéré et reconnaissant mais j'arrivais péniblement à entrouvrir les yeux alors je ne devais transmettre pas beaucoup d'émotions. J'ignorais si la vie resterait encore longtemps mais au moins quelqu'un m'aura tendu la main et j'aurai entrevu le jour une dernière fois.

Je fermais les yeux tandis que je l'entendis me parler. Si mon corps allait mal mon cerveau fonctionnait suffisamment bien pour que je retienne son prénom :  Gabriel. Il était médecin, quelle chance qu'il soit passé par là. Il me demanda si j'avais des allergies à certains produits et de cligner une fois des yeux si c'était le cas. Pour lui signifier que ce n'était pas le cas je clignais plusieurs fois des yeux. J'espérais qu'il comprendrait que je n'en avais pas. A vrai dire il n'avait pas spécifié ce que je devais faire si ce n'était pas le cas... Et la fatigue n'aidait pas à ce que je trouve une solution. J’entrouvrais doucement les lèvres pour essayer de parler mais aucun son de sortait. Bêtement, je me remis à pleurer. J'aurai tant voulu que tout s'arrête, ne plus avoir mal et pouvoir m'exprimer. Encore une fois j'avais eu une mauvaise idée car le fait de pleurer créait des difficultés supplémentaire pour respirer. Ça faisait vraiment mal, je sais que j'avais toujours été un peu une chochotte surtout comparativement à Bakura mais cette fois je n'exagérais pas. C'était bête mais j'aurai tellement voulu qu'il soit là pour voir son sourire d'abruti même s'il n'aurait été d'aucune aide car soigner n'était pas son truc. Le médecin lui devait savoir quoi faire du moins je l'espérais.

Si j'avais su parler je ne savais pas ce que j'aurais pu dire à Gabriel. J'avais tellement mal dans toutes les parties du corps que ça ne l'aurait sans doute pas aider. En tout cas le système de signe était quelque chose de bien trouvé étant donné ma situation. Est-ce que quelque chose avait touché ma tête pour que je ne puisse plus m'exprimer ? Les pires scénarios se déroulaient dans mon esprit, faisant battre mon cœur plus fort et me faisant haleter encore plus difficilement. Je n'arrivais pas à me calmer et toutes les douleurs semblaient se raviver de ce fait. Heureusement je n'arrivais quasiment pas à bouger car ça aurait également été très douloureux.

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hemera


avatar


Masculin Origine : Wan
Localisation : Din
Occupation : médecin vengeur
Opinion politique : Anti-Wan anciennement pour l'égalité
Arme(s) : scalpel
Fiche : Médecin déchu
Messages : 50

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Ven 2 Aoû - 7:23

Au moins elle était consciente. Elle arrivait à me comprendre... du moins c'est ce que je supposais. Elle avait cligné plein de fois des yeux. J'avais demandé une seule fois pour oui... Alors non ? On allait partir de cette idée là. Rapidement je prend le calmant, y plante la seringue, prend du produit, sort l'aiguille, en expulse l'air rapidement. Il fait un garrot de fortune et pique le bras de la jeune fille.

-Voila... voilà demoiselle. Ca devrait faire effet assez vite. Tu vas rester consciente mais la douleur devrait partir pour la majorité. D'accord. Ca va aller je vais prendre soin de toi. Tout va bien se passer. Je vais regarder les blessures que tu as et voir ce que je peux soigner dès maintenant tu veux bien ?

Toujours le même système une fois pour oui. Je voyais déjà bien ce qu'elle avait, ue jambe cassée, des côtes enfoncées, des hémorragies multiples. Rapidement je prend dans mon sac quelque chose qui doit désinfecter... c'est de ma composition... mais ça devrait fonctionner. Je ne peux pas en avoir du pur venant de Wan, du super effectif... mais on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a... et a Din on n'a pas grand chose.
J'imbibe un chiffon d'eau déjà, de l'eau filtrée. Et je commence à nettoyer doucement les plaies visibles de la jeune fille. Ca me donne envie de vomir, comment des êtres « humains » peuvent faire ça ? Frapper pour le plaisir, laisser pour mort, dans cet état.. s'amuser de la mort et le la souffrance. Plus j'y pense plus j'ai honte d'être Wanais de naissance, même si je n'y suis pas pour grand chose au final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Ven 2 Aoû - 15:58

Je sentis une aiguille rentrer dans mon bras et si d’habitude j’aurai eu le réflexe de bouger cette fois je restais on ne peut plus immobile. J’ignorais ce qu’il y avait dedans mais je supposais que ça m’aiderait. Le médecin ne me laissa d’ailleurs pas dans mes interrogations et m’expliqua que la douleur allait en grande partie se dissiper grâce à l'injection. Je me sentis soulager même si ça ne faisait pas encore effet. Cette personne était mon sauveur, je ne pensais pas voir mes douleurs s’atténuer aujourd’hui ni jamais. Il était porteur d’espoir et j’en avais grandement besoin. Il me demanda s’il pouvait regarder mes blessures et soigner ce qu’il pouvait. Je fis l’immense effort de cligner une fois des yeux pour lui signifier que j’étais d’accord.

J’aurais été bien bête de lui interdire de me soigner vu l’état pitoyable dans lequel j’étais. Il était mon seul espoir de survie si j’en avais bien un. J’espérais qu’il puisse faire un autre miracle, que je puisse au moins vivre à peu près normalement un peu le temps de le revoir. C’était stupide, pourquoi avais-je soudainement envie de le revoir alors que d’habitude je l’évitais tant il m’agaçait ? C’était peut-être parce qu’il était le seul ami que j’avais vraiment apprécié dans ma vie même si je ne pouvais vraiment l’avouer. Bakura avait toujours été là pour me sortir du pétrin à part aujourd’hui. En même temps je n’aurais pas voulu qu’il me voie dans cet état sauf si c’était vraiment les dernières heures que je passais sur cette terre. Si j’avais pu parler j’aurais aimé demander au médecin s’il pensait que j’avais une chance de m’en sortir parce qu’il me disait que tout allait bien se passer mais il n’allait pas me dire le contraire même si ça allait être le cas, si ?

En tout cas je sentais mon corps légèrement s’engourdir doucement et la douleur semblait elle aussi s’estomper légèrement. Ce n’était pas encore le nirvana mais c’était déjà ça. De toute façon j’étais consciente que ce ne serait pas instantané, il faudrait patienter encore un peu.

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hemera


avatar


Masculin Origine : Wan
Localisation : Din
Occupation : médecin vengeur
Opinion politique : Anti-Wan anciennement pour l'égalité
Arme(s) : scalpel
Fiche : Médecin déchu
Messages : 50

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Sam 3 Aoû - 20:01

Je la vis cligner des yeux doucement... en même temps qui à part un masochiste pur aurait refusé des soins dans cet état ? Et puis au final je n'avais pas forcément vraiment attendu son accord.  Quand je vis qu'elle se détendait un peu après l'injection, je cherchais rapidement dans les débris de quoi faire une atèle pour sa jambe. Ca ferait mal un moment et il faudrait que je trouve quelque chose qui fasse office de plâtre... ou quelque chose du même type pour maintenir sa jambe et permettre aux os de se ressouder. Mais pour le moment, deux barres en métal, quelques morceaux de tissus et un bout de ficelle. Heureusement que la demoiselle n'était pas bien épaisse, je n'avais pas de quoi faire de gros bandages.

Mécaniquement presque je fini de nettoyer les plaies, de les désinfecter du mieux qu'il puisse être possible dans ce genre d'endroit insalubre et de mettre quelque chose de propre dessus... histoire d'éviter qu'elles soient salies. Ca serait dommage qu'elle attrape quelque chose de grave alors qu'elle a réussit à survivre jusque là.


-Voila j'ai bientôt fini. Tu es courageuse tu sais... ? Vouloir encore survivre après ça. Avoir la force de s'accrocher, je suis impressionné. Tu as une jambe cassée, j'ai regarder ça pourra se guérir. Tu as quelques côtes qui ont souffert aussi, il faudra faire très attention. Tu dois sentir comme un poids sur la poitrine, n'essaie pas de respirer à pleins poumons pour l'enlever ça peut être dangereux. Essaie de rester calme. Ce que je t'ai donné devrait t'aider.

J'essayais d'avoir la voix la plus rassurante possible, la plus calme. C'était pas vraiment évident de rassurer quelqu'un dans son état. Mais il fallait qu'elle conserve un rythme cardiaque et respiratoire lent et qu'elle ne cherche surtout pas à respirer profondément. En gonflant ses poumons elle risquait de les perforer avec une côte brisée, et c'était pas le but recherché.

-Je vais essayer de bricoler un brancard d'accord ? Il faut que je te transporte autre part pour finir de te soigner. Je vais te ramener chez moi, tu auras de la place un peu plus qu'ici. Remarque c'est pas difficile. Mais pour ça il faut que je te laisse un petit peu, pour trouver de quoi construire le brancard. Tu as compris ?

La laisser seule était pas forcément une idée lumineuse mais il fallait que je trouve quelque chose pour la transporter, la porter dans cet état relevait du meurtre presque. Elle n'aurait pas survécu. Et là où nous sommes je suis incapable de trouver ce dont j'ai besoin pour la soigner le plus correctement possible.
Je prend sa main doucement. Il faut qu'elle reste calme et j'attends un peu sa réponse muette à ce que je viens de lui annoncer. De toute façon je n'irais pas bien loin... il doit y avoir tout ce qui peut m'être utile ici dans les débris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Sam 17 Aoû - 20:31

J'entendis le médecin me dire que j'étais courageuse de vouloir encore survivre après ça. Etait-ce si impressionnant que ça à voir ? J'aurai bien aimé constater par moi-même mais entrouvrir les yeux m'était déjà trop pénible. Mieux valait ne pas penser à cela pour le moment sinon j'allais me remettre à pleurer et à souffrir encore plus. J'écoutais Gabriel décrire mon état. Une jambe cassée ce n'était pas si grave, je devrais m'en remettre mais il semblait plus inquiet à propos de mes côtes. Il ne fallait pas que je respire à plein poumon sous peine de me mettre en danger, raison de plus pour garder le plus souvent possible mon calme. J'aurai hoché la tête si j'avais été en meilleur état, je me contentais de cligner une fois des yeux pour dire oui.

Gabriel m'annonça qu'il allait préparer un brancard. Je me dis qu'effectivement ça l'aiderait même s'il devrait me trainer puisqu'il était seul. Heureusement pour lui j'étais un poids plume : il ne devrait donc pas être trop pénible de me transporter même si j'ignorais si sa demeure se situait loin ou non. Une phrase stoppa nette mes pensées : il devait me laisser pour trouver les composants du brancard. Je n'avais vraiment pas envie de répondre positivement à la question et de le voir partir mais il fallait bien me bouger de là. Il fallait que je prenne sur moi. J'espérais juste qu'il ne serait pas trop loin et qu'il pourrait voir des personnes mal intentionnées s'approcher de moi. Je clignais donc une fois des yeux pour lui donner mon autorisation. J'aurai sans doute serré sa main si j'avais eu plus de force mais seul un de mes doigts bougea légèrement, rien de très marquant. Je fermais les yeux et essayais de me bercer d'agréables souvenirs pour me changer les idées. Je repensais au temps où je vivais à Wan sereine, sans tracas. Il était agréable d'y vivre, il y avait tant de richesse, tant de belles choses à voir et puis je n'y avais jamais faim. Qu'il serait agréable qu'un tel scénario se produise un jour sur Din. Ca ne semblait pas si simple, surtout vu les temps actuels. C'était encore pire qu'avant. A ce rythme il me faudrait en permanence quelqu'un pour me protéger si je voulais tenir plus d'une semaine.

Comment allais-je pouvoir communiquer si ma voix venait à ne pas revenir ? Je m'éloignais un peu des pensées positives mais cette question ne pouvait s'ôter de mon esprit. Je savais écrire mais la plupart des dinois ne savaient pas lire. Je ne connaissais pas le langage des signes et de toute façon je doutais que qui que ce soit le connaisse également... Le mieux que je puisse souhaiter serait que cela revienne.

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hemera


avatar


Masculin Origine : Wan
Localisation : Din
Occupation : médecin vengeur
Opinion politique : Anti-Wan anciennement pour l'égalité
Arme(s) : scalpel
Fiche : Médecin déchu
Messages : 50

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Dim 18 Aoû - 19:15

Elle était d'accord, alors rapidement je cherchais dans les débris épars autour de là où nous étions pour trouver ce qui pourrait constituer un brancard. Ca n'était pas fondamentalement compliqué au fond, mais il fallait trouver de quoi faire. Au bout d'un moment je réussit tout de même à trouver deux barres assez longues, une bâche pas trop déchirée et assez résistante et de quoi lier le tout pour la durer du trajet. C'était déjà ça, je revins près de la demoiselle pour ne pas la laisser trop longtemps seule. Ne pas pouvoir bouger et se retrouver seule ne devait pas être très rassurant.

-Voila jeune fille, j'ai trouvé de quoi te transporter. Tu verras... chez moi c'est simple, mais j'ai quelques médicaments, ça soulagera ta douleur et tu pourras te reposer vraiment. Je te laisserai dormir. Je pourrais te soigner correctement aussi. Il faudra que je trouve de quoi faire un plâtre pour ta jambe... mais ça devrait être possible.

Tout en parlant je constituais rapidement le brancard de fortune. Je préférait lui parler, la garder consciente de ce qu'il y avait autour d'elle. Dans son état il ne fallait absolument pas qu'elle s'endorme ou se terre dans ses pensées, il fallait que son esprit s'occupe. L'esprit prime sur le corps... J'avais remarqué ça ici, à Wan, non pas tellement mais à Din... A Din c'était impressionnant, j'ai vu des gens dans un état lamentable, demi-mort se battre pour avoir à manger. Continuer jusqu'aux limites possibles d'un corps humain... Et dépasser ces limites. C'était impressionnant. Mais elle n'était pas de ce genre. C'était une jeune fille... et elle semblait trop fragile pour être violente.

-Voila... je crois avoir fini ce que je pouvais là.

Je testais un peu la résistance de la structure et priait pour que ça soutienne la demoiselle jusqu'à chez moi

-Maintenant il va falloir que je te transporte sur le brancard. Je suis vraiment navré d'avance mais il y a des risques que ça soit désagréable... un peu douloureux, mais je ferais mon possible pour que tu ne sentes rien. Il va falloir que tu restes tranquille et que tu n'essaie pas de bouger, je te promets ça sera court.

Je posais le brancard juste à côté pour ne pas la porter longtemps et lui faire faire le moins de mouvement possible.
Délicatement je passais un bras sous ses épaules et l'autre sous ses jambes et la soulevait de quelques centimètres à peine pour la transférer sur la bâche. Je fis ça le plus doucement possible pour ne pas lui causer de mal durant l'opération. J'espérais vraiment avoir réussi, elle n'avait pas besoin de ça dans son état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Ven 13 Sep - 19:13

Je crus qu'il ne reviendrait pas mais heureusement sa voix m'affirma le contraire. Apparemment il avait largement de quoi faire pour m'emmener en lieu sûr. Est-ce qu'il y avait vraiment des endroits où on pouvait se reposer sans risque à Din ? Je devais au moins lui laisse la chance de me le prouver. Peut-être s'était-il constituer une espèce de base cachée. Ca n'aurait pas été bête. si j'avais eu assez d'inventivité et surtout plus d'habileté je l'aurai déjà fait depuis longtemps moi aussi. Il dit que c'était simple chez lui. J'aurai bien avoir déjà un chez moi. Il ne savait pas à quel point il me semblait chanceux. Gabriel poursuivit et m'affirma qu'il devrait pouvoir me poser un plâtre à la jambe. Cela me soulagea et me stressa en même temps. C'était bien de savoir que je guérirai bien mais tellement angoissant de se dire également que je serai sans doute bien embêtée pour me mouvoir. N'importe qui pourra me voler ou pire et je n'avais personne pour m'aider. J'essayais de ne pas penser à cela sentant la douleur rejaillir.

Il m'annonça alors qu'il allait devoir me transporter au brancard. Je me raidis instantanément n'ayant pas la moindre envie d'être bougée ni touchée après ce qu'il s'était passé. Si les douleurs s'étaient un peu atténuée je me voyais mal ne pas ressentir de douleur par un déplacement... Mais il le fallait, j'en avais bien conscience. Je devais le laisser faire parce que c'était le seul moyen pour moi de survivre. Il n'y avait que lui qui pouvait m'aider, j'étais toujours incapable de me mouvoir. Je clignais donc une fois des yeux pour l'autoriser à agir et rit mentalement à sa dernière remarque. Je ne risquais pas de bouger beaucoup de toute façon.

Je le sentis me soulever et me crispais malgré moi par la douleur engendrée. J'avais vraiment l'impression d'être une poupée de verre à cet instant précis. Comme si on m'avait tellement brisé de partout que chaque mouvement causé une peine immense. Le pauvre ne m'avais pourtant pas beaucoup bougé. Je fis mine de rien ou du moins j'essayais. Heureusement ce fut de courte durée. J'avais un temps de répit avant qu'il me ressorte du brancard. Je me demandais comment se passerai le transport. S'il traînait le brancard je risquais de ressentir chaque frottement sur le sol... Il allait falloir être forte, de toute façon tout cela n'était rien par rapport à ce qu'il s'était passé quelques temps plus tôt, pas vrai ? Je fermais les yeux prête à endurer le voyage. Une fois là-bas je pourrais souffler, ça irait... Je commençais à vraiment me sentir épuisée.

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hemera


avatar


Masculin Origine : Wan
Localisation : Din
Occupation : médecin vengeur
Opinion politique : Anti-Wan anciennement pour l'égalité
Arme(s) : scalpel
Fiche : Médecin déchu
Messages : 50

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Sam 14 Sep - 17:04

Malgré ses précautions il semblait que la demoiselle ait eu mal... C'était à prévoir, je n'avais pu bloquer aucun membre, aucune articulation, alors forcément elle avait souffert du léger transport. Mais c'était bientôt fini ça. Je la regardai une fois sur le brancard improvisé et vis l'effort qu'elle semblait fournir pour rester éveillée. Je regardait globalement son corps et estimais s'il était dangereux pour son esprit de couper un peu le contact. Et il me semblai que non. Ca serait plus agréable pour elle de la transporter sans qu'elle en ait conscience. Les cahots de la route allaient la faire souffrir plus qu'autre chose et ça n'était pas le but voulut.
Je me mis à parler en l'attachant au brancard.


-Voila... je vais t'attacher pour éviter que tu tombes, pour rien d'autre je te jure. Et je vais te faire une nouvelle injection, celle là va te faire dormir le temps du trajet jusqu'à chez moi et pendant un moment après aussi, ça me laissera de la latitude pour te soigner sans te faire de mal... du moins sans que tu t'en rendes compte.

J'étais assez certain que la douleur, même dans l'inconscience existait et était ressentie par le cerveau, mais plongé dans l'inconscience il ne la transmettait pas au reste du corps ou les récepteurs n'étaient pas sollicités de la même façon, et donc au réveil on ne s'en souvenait pas... Il est loin le temps où je pensais en faire le sujet de ma thèse à Wan...
Je passais une corde sur le front de la jeune fille, une qui maintenait ses jambes, une autre pour les hanches, j'évitais les côtes mais dut en passer tout de même une sur les épaules pour tenir son buste.


-Ca m'a l'air bon... Tu clignes une fois pour oui, deux fois pour non si tu es prête pour l'injection. C'est le même produit que tout à l'heure mais à une dose plus forte. Tu vas te sentir engourdie, et tu vas dormir.

En parlant je cherchais l'ampoule de calmant dans mon sac, et l'aiguille que j'avais déjà utilisé et pris soin de mettre à l'abri du sol et des déchets de la rue. Je n'avais que peu d'outils, il fallait par conséquent que j'en prenne soin, je la stériliserais une fois rentré après l'avoir nettoyée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Dim 22 Sep - 7:02

Lorsque Gabriel m'annonça qu'il allait m'attacher je me tendis mais il précisa que c'était pour ne pas tomber. Je le crus et j'espérais réellement que tout cela n'avait pas été une très mauvaise farce qui me conduirait à une situation horrible. Je ne voulais pas qu'on se serve de moi ou qu'on recommence à me faire du mal. De toute manière je n'étais pas sûr d'avoir assez de volonté pour survivre à un autre événement du style. Il me dit qu'il me ferait une injection pour moi dormir le temps du trajet. Cette idée me plaisait bien, à croire qu'il savait lire dans mes pensées. C'était le meilleur moyen pour moi de bien vivre ce transport. Je le laissais m'attacher même si la sensation était assez désagréable et légèrement stressante sur le moment. En tout cas je ne risquais pas de tomber de la sorte c'est ce qu'il fallait. Il me  demanda de cligner des yeux une fois pour dire que j'étais prête pour l'injection. Je m’exécutais et clignais une fois. Mieux valait ne pas être consciente durant le transport d'autant plus que j'ignorais si son domicile se trouvait loin.

Me sentant désormais autorisée à m'endormir je fermais les yeux prête à dérivée vers le pays des songes. Je repensais encore à la période où j'avais vécu à Wan. Là-bas la vie avait été si simple et pourtant avec les derniers événements je doutais de plus en plus qu'un jour une équité soit possible. J'avais cru un moment que les résistants réussiraient à mettre fin à El et que cela rétablirait tout et maintenant c'était encore bien pire. Qui aurait pu le croire... N'y avait-il pas de fin à la cruauté ? Tout semblait indiquer que cela se terminerait par l'éradication de Din toute entière. Nous disparaîtrons tels des déchets que nous sommes à leurs yeux.

Je ne me rendis même pas compte de m'être endormie et lorsque je rouvris les yeux j'eus l'impression d'avoir juste songé à tout cela pourtant le temps avait bel et bien passé puisque j'étais dans un endroit que je ne connaissais pas. En tout cas j'arrivais à ouvrir grand les yeux ce qui me rassura un peu sur mon état. Petit à petit tout rentrerait dans l'ordre, enfin je l'espérais. Je tentais de parler et de demander à Gabriel si nous étions arrivés mais toujours aucun son ne sortait de ma bouche. Cela était vraiment stressant. N'allais-je plus jamais pouvoir m'exprimer ?

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hemera


avatar


Masculin Origine : Wan
Localisation : Din
Occupation : médecin vengeur
Opinion politique : Anti-Wan anciennement pour l'égalité
Arme(s) : scalpel
Fiche : Médecin déchu
Messages : 50

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Mar 1 Oct - 7:43

Je ramenais la jeune fille chez moi à travers la ville sombre et partiellement en ruine, évitant autant que possible les zones trop fréquentées. En la traînant j'étais une proie facile ne pouvant la lâcher trop brutalement puisqu'elle aurait subit des blessures et que son corps en avait déjà assez souffert. Mais au final j'arrivais sans encombre avec mon léger fardeau. Ainsi endormie elle se révélait une jolie jeune fille, depuis que son visage n'était plus crispé dans la douleur. C'est une pitié que des enfants comme elle aient à traîner dans Din au même titre que des assassins, voleurs et autres contrebandiers et dealers. Dine ne devrait pas exister...
Enfin pour le moment j'avais autre chose à faire que penser à ça. Rapidement je stérilisais quelques objets, lui injectait ce que j'avais pu trouver d'antibiotiques afin qu'elle ne contracte pas d'infection qui aurait été une gageure à soigner ensuite et qui l'aurait énormément fatiguée. Je fis également de mon mieu afin de réduire la fracture de sa jambe et de trouver de quoi faire un plâtre de fortune. Alors il ne serait pas aussi beau et bien fait que les plâtres chirurgicaux de Wan... mais au moins il maintiendrait sa jambe dans une certaine position pour que l'os se ressoude correctement. Je fis de mon mieux pour qu'elle garde une certaine mobilité, c'était vital ici...
J'essayais aussi de remettre ses côtes en place. Pour le buste pas de plâtre c'était impossible, mais le corps réparais rapidement le plus important. Du moins je l'espérait, les côtes remises en place elle pourrait déjà mieux respirer et donc apporter ce qu'il fallait à son corps pour se soigner seul. Rapidement également je soignais les quelques blessures superficielles qu'elle avait, écorchures, coupures, je mettais quelque chose de frai sur les bleus déjà en formation.
Une fois fini les soins je la couvris. Il fallait qu'elle reste au chaud. Son était me semblait stable mais il ne fallait rien risquer. En attendant qu'elle se réveille je fis quelque chose à manger, elle aurait faim sans doute, et il fallait absolument qu'elle se nourrisse, c'était primordial, pour reprendre des forces.

Un peu plus tard, lorsque le sédatif n'eut plus d'effet, plongé dans un livre je vis s'ouvrirent les grands yeux bleus de la jeune fille. Ils regardèrent l'intérieur de ma petite maison. Pas grand chose en réalité là où elle était hormis le lit sur lequel elle reposait, une armoire pour mes produits médicaux, un réchaud, une table et quelques chaises, un petit coin pour la toilette... C'était encore un luxe hérité de Wan que je m'accordais... c'était important pour moi en tant que médecin.
Puis je la vis tenter de parler sans qu'aucun son ne puisse sortir.


-Salut demoiselle. Tu es chez moi comme je t'avais expliqué, je t'ai soignée, tu as un plâtre à la jambe.

Et quelques bandages un peu partout aussi mais elle le verrait bien assez tôt je pense.

-Tu retrouveras sans doute ta voix un peu plus tard. Ton esprit a dû être traumatisé de ce qui t'est arrivé, c'est un mécanisme de défense.

Je me souvenais avoir lu ça quelque part ou entendu lors d'un cours de psychologie... l'esprit était réellement très étrange.
Je me levais et allait rallumer mon réchauds pour y remettre ce que j'avais préparé à manger pour elle.


-Je t'ai fais à manger, il faut que tu reprennes des forces pour te remettre au plus vite.

Egalement je cherchais un papier et de quoi écrire, elle pourrait communiquer comme ça... ça prendrait du temps mais il y aurait communication, c'était mieux qu'une impossibilité totale de s'exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Sam 5 Oct - 15:48

Je regardais le plâtre tandis que le médecin m'annonçais qu'il m'en avait posé un. Il avait fait un beau travail. Je n'aurai jamais pensé être aussi bien soignée à Din. Il avait même pris le temps de bander d'autres endroits. Bon, il faudrait que je mette par la suite des vêtements au-dessus de tout cela pour éviter de me faire trop remarquer. Une fillette comme moi tout bandée et plâtrée serait forcément la prochaine victime d'une attaque une fois que j'aurai quitté ce refuge. Gabriel me parla ensuite de ma voix. Alors il avait remarqué ? Quoi que ça n'avait pas dû être difficile puisque je bougeais les lèvres comme une idiote sans qu'aucun son ne sorte... Il était en tout cas assez rassurant. Apparemment ça reviendrait par la suite, c'était un mécanisme normal quand on avait été choqué. Ça collait bien à ce qui m'était arrivé. Cela me rassurait de me dire que mon cerveau n'avait pas été touché. Il faudrait juste que je sois patiente.

Il m'annonça ensuite qu'il m'avait fait à manger et qu'il était nécessaire que je m'alimente pour guérir. Je clignais une fois des yeux pour confirmer que j'étais d'accord. Certes, je n'avais pas très faim mais j'étais déterminée à guérir au plus vite. Avais-je un réel enjeu à survivre ici ? Pas vraiment mais... Je ne voulais pas mourir tout de suite et tout cela m'avait suffisamment bousculée pour que j'ai envie de revoir certaines personnes et leur dise que je les aimais bien. Je pensais surtout à Bakura car, quand j'y pensais, je connaissais pas vraiment d'autres personnes que lui. Il y avait eu Fiore mais je ne l'avais plus croisé depuis longtemps, j'ignorais s'il était encore en vie. Les autres connaissances venaient de Wan alors autant dire que je ne les reverrai jamais.

Repensant au fait que je devais manger j'essayais de me redresser ce qui était pénible mais un peu moins que je l'aurai cru. J'avais d'ailleurs la sensation de mieux respirer. Avait-il fait quelque chose ? Sans doute, il avait l'air de s'être bien occupé de moi durant mon sommeil. J'avais vraiment eu de la chance qu'il m'ait trouvée. J'aurai aimé le remercier mais j'ignorais comment. Je le vis alors prendre du papier et de quoi écrire à croire qu'il lisait mes pensées. Par contre je ne savais pas vraiment bien écrire. Je savais lire mais quand je devais m'y mettre sans modèle... Il fallait s'accrocher pour comprendre mon message. Remarque je pourrai fonctionner par dessin même si je n'étais pas douée dans ce domaine non plus.

Je tentais le moment venu de marquer merci sur le papier... Ça je savais l'écrire car c'était un des premiers mots qui revenait souvent et il était important. J'avais encore de la chance car Gabriel devait savoir lire mais en ce qui concernait Bakura j'en doutais. Ça allait être épique de communiquer avec lui par la suite.

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Hemera


avatar


Masculin Origine : Wan
Localisation : Din
Occupation : médecin vengeur
Opinion politique : Anti-Wan anciennement pour l'égalité
Arme(s) : scalpel
Fiche : Médecin déchu
Messages : 50

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Jeu 10 Oct - 12:56

Elle était d'accord pour manger, une très bonne décision. Je n'aimais pas vouloir à forcer les gens pour un traitement. Ho ça n'était vraiment pas un traitement, mais il fallait qu'elle manger pour guérir son corps. Et magner avait quelque chose d'agréable pour l'esprit aussi. La jeune fille tenta de se redresser, je la laissais faire pendant un petit instant avant de l'aider. J'avais soigner son corps mais ça restait compliqué elle avait subit beaucoup de chocs. Je la redressais en position assise et ajustais les coussins dans son dos. Pas grand chose mais ça serait toujours mieux que rien.
Le temps que je réchauffe le petit repas que j'avais préparé elle eut le temps d'écrire quelque chose sur le papier. Son écriture était hésitante, saccadée, peu assurée. Les gens à Din n'avaient pas accès à l'éducation, lire, écrire et compter ne devaient pas être le lot de tous.
Mais en regardant je réussit à y lire un « merci ». Je lui rendais un sourire


-Ce n'est rien. Je suis médecin, je ne pouvais pas te laisser dehors dans cet état... Même à Din je suis sûr que... la solidarité et l'aide peut exister au milieu de ce chaos...

Je m'assis sur le bord du lit et posais l'assiète de repas sur un petit plateau que je déposais près de la demoiselle.

-Je te laisse essayer de manger seule déjà ? Tes bras son en bon état plus ou moins. Et si tu n'y parviens pas seule je t'aiderai.

Il ne fallait surtout pas l'assister totalement. Il fallait qu'elle se débrouille seule le plus vite possible et qu'elle prenne confiance en elle. C'était une jeune fille qui n'étaient visiblement pas... taillée pour Din. Peu de muscles sans doute peut de force. J'ignorais si elle savait courir vite mais compte tenu de ce qui lui était arrivé avec la rafle sans doute que non. C'était un miracle qu'elle ait survécu à Din jusqu'à ce point.

-Tu saurais écrire ton prénom ?

Ca serait plus pratique de connaître son nom, la confiance et le bien être était des éléments primordiaux pour un bon rétablissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   Sam 26 Oct - 14:02

Lorsque Gabriel me dit que ce qu'il avait fait n'était rien j'aurai voulu lui hurler que ce n'était pas le cas. La solidarité et l'aide n'existaient pas tant que ça dans notre milieu. Il était optimiste et c'était bien mais si lui n'avait pas été là je serai morte depuis longtemps, j'en avais bien conscience. Si seulement tout le monde pouvait penser comme lui Din se porterait bien mieux. Si au moins tous les dinois s'entraidaient, nous pourrions vivre ces événements de manière bien plus agréable. Mon espoir face aux dinois diminuait avec le temps. J'avais cru aux mouvements révolutionnaires et maintenant je ne pouvais que constater les résultats : la vie à Din était pire que jamais. A quoi bon encore se rebeller, quelle serait la prochaine étape ? Je n'y pensais plus car le médecin me parla pour me demander si j'allais manger seule. Je clignais une fois des yeux pour lui dire oui et essayais de manger. Chaque petit geste me faisait mal mais je me forçais à les faire car bientôt il n'y aurait personne pour m'aider. Je ne pouvais rester très longtemps ici, il faudrait affronter l'extérieur alors autant s'y préparer.

Je pensais à Bakura qui avait perdu un de ses bras. J'étais quand même bien mieux loti que lui. Après quatre coups de fourchettes je fis une pause. Mâcher était l'étape la plus pénible du cycle. On ne s'imagine pas la force qu'il fallait donner pour manger lorsque tout va bien. Au final le corps humain tout entier déploie une grande force pour à peu près tout . Je récupérais doucement, tentant de garder la respiration la plus calme possible. Il me demanda alors si je saurai écrire mon nom. Je clignais une fois de plus des yeux et prit doucement de quoi écrire avant d'inscrire très lentement et maladroitement "Mitsuko".

J'avais de la chance qu'il ne me demande d'écrire jusqu'ici que des mots faciles. Ecrire une discussion serait une toute autre paire de manches.  

L'appétit venant en mangeant je reposais le matériel et fit l'effort de prendre une autre bouchée de nourriture. Cela me paraissait exceptionnellement exquis par rapport à ce que je mangeais d'habitude. Ces derniers temps n'étaient de toute manière pas glorieux. Il arrivait régulièrement que je finisse par me rabattre sur des insectes répugnant à regarder. Quand on a faim on mange vraiment tout ce qui nous passe sous la main. C'était le stade dans lequel je me trouvais. Je n'aurai donc gâcher cette préparation pour rien au monde même si j'allais souffrir en mangeant.

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La fin d'un espoir [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin d'un espoir [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Toi qui entre ici, abandonne tout espoir... [Libre]
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wan~Din :: Din :: Le coupe gorge-