Wan, la ville du ciel...Din, la ville de la terre... Quel camp choisirez-vous?

Partagez | 
 

 Zachary Ehdge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Zachary Ehdge   Ven 5 Mar - 16:37

Nom : Ehdge

Prénom(s) : Zachary Nathan Stephan Alexis Andrew Christopher (Et pendant 27 ans, un seul a été utilisé, sauf quand il s’agissait de faire bien auprès de la galerie xD)

Surnom(s) : Zack’

Age : 27 ans

Territoire : Wan

Description Physique : La première chose remarquable dans son physique, ce sont ses yeux. D’un vert profond, ses pupilles semblent remplies de sureté, parfois même de condescendance. L’assurance qu’il a développée avec le temps se ressent largement, que ce soit dans la manière dont il vous fixe, ou dans ses mouvements. Rare sont les moments où l’on peut lire dans son regard un quelconque malaise, ou bien une absence, car même s’il est mentalement ailleurs, on ne le remarque pas. Ses longs et épais cils noirs assombrissent d’avantage son regard, laissant toujours de quoi réfléchir sur ce qui traverse son esprit. Ses sourcils d’un gris léger sont fins et bien dessinés, s’affinant sur l’extrémité. Il est, en se basant sur son physique, impossible –ou presque- de savoir à quoi il pense. Ensuite, la deuxième chose notable, ce sont ses cheveux. D’un mélange de gris perle et d’argenté, ils sont rarement attachés, et tombent en cascade jusqu’en bas de son dos. Plutôt fins, leur couleur particulière capte chacun des rayons du soleil, faisant de temps à autres penser aux reflets de la dite étoile sur de l’argenterie. Enfin, passons aux traits de son visage. Rarement tirés, rarement tendus, ils montrent à chaque instant une détente parfaite, et ce quelle que soit la situation. La plupart du temps, un sourire se dessine sur ses lèvres, un sourire contenant un quelque chose d’assez indescriptible, aussi « mystérieux » que ce qu’on trouve dans ses yeux. Son visage est plutôt ovale, et ses traits un tantinet efféminés, mais sans plus.
En ce qui concerne son corps et sa carrure, il a d’avantage travaillé sur l’agilité que sur la force. Ainsi, il est plutôt grand, avec des muscles bien dessinés, mais développés juste ce qu’il faut. Loin d’avoir ceux d’un garde du corps ou d’un soldat, il se contente parfaitement de ce qu’il a, jouant avant tout sur la souplesse de ses articulations. Portant des vêtements oscillant entre le gris et le noir, il a l’habitude d’être vêtu d’un manteau noir lui arrivant jusqu’à mi-cuisse, et des gants gris. Ces derniers sont plus portés par habitude que pour une autre raison, mais à l’origine, il ne les avait sur lui que pour les vols.

Description Psychique : Plutôt sûr de lui, n’acceptant à aucun moment –ou presque- le fait qu’il puisse avoir tord sur un sujet ou un autre, ses passe-temps se limitent au vol –à l’arraché ou bien de manière plus subtile, et donc prémédité- et à… Manger. Jouant souvent sur son apparence pour obtenir ce qu’il veut auprès des femmes, il ne s’y est jamais intéressé de vraiment près, et a très rarement eu de relation sérieuse avec l’une d’elles. Ce n’est pas qu’il ne les aime pas, mais plutôt qu’il ne voit pas vraiment d’intérêt à rester avec trop longtemps. Préférant sans hésiter les histoires d’une nuit à celles de plusieurs mois, il reste malgré tout, quand il est seul, plutôt romantique. Mis à part le fait qu’il reste voleur, il est –excepté sur ce point- quelqu’un de plutôt juste. Il n’irait pas jusqu’à défendre la veuve et l’orphelin, mais ne restera cependant pas immobile s’il peut très bien agir pour défendre quelqu’un, que ce soit physiquement, ou bien quand il s’agit d’accusations, alors qu’il a dans ce cas de quoi apporter des informations. En ce qui concerne cette partie là de son caractère, il est extrêmement concentré quand il « travaille », et retient la moindre chose qui pourrait lui être utile quand il en aurait besoin. C’est surement par habitude qu’il a fini par tout observer dans les moindres détails, même quand cela n’a absolument aucun intérêt. Les raisons qui le poussent à faire ce travail ne sont en aucun cas la « justice » qui motive certains, soit disant par compassion « envers les pauvres de Din qui n’ont rien alors que d’autres ont beaucoup trop »… Non, il fait cela pour repousser à chaque fois ses limites. Une manière de se montrer qu’il peut atteindre le sommet dans sa branche, tentant à chaque fois un coup de plus en plus risqué, et de plus en plus intéressant en ce qui concerne la « récompense ». Il continue à côté les larcins, qui « arrondissent ses fins de mois », mais il n’hésitera pas à les délaisser s’il a quelque chose de « gros » en vue. Pour finir, il reste quelqu’un d’extrêmement libre, et passera la majeure partie de son temps dans les rues à ne rien faire.

Histoire : Fils de riche, je suis une de ces personnes dont l’origine exacte reste inconnue, tant tout le monde passe son temps à brouiller les pistes. En réalité, disons plutôt que j’ai passé mon temps à les brouiller… Elevé dans une maison plutôt grande, vivant dans une famille vraiment aisée, j’avais tout ce que je voulais. Une simple crise de nerfs ou de larmes, et tout me tombait dans les mains, comme par magie. Je n’avais absolument rien à faire. Pourtant, j’ai très vite fini par m’ennuyer. Déjà à 10 ans, quand ma chambre croulait sous les jouets ou les peluches, je passais mes journées à la fenêtre, à me poser des questions sur le monde. Mon professeur particulier m’avait appris tout ce qu’il pouvait sur Din, malgré le fait que mes parents l’en aient défendu. Il considérait que je ne devais pas être ignorant par rapport à tout cela. J’appris bien vite que pour certaines raisons plutôt floues, sa fille ainée avait été envoyée là bas, et qu’il ne l’avait jamais revue. Peut-être espérait-il, par cet enseignement, me rendre plus compatissant avec ceux d’en bas… Je ne sais pas vraiment si ça a marché ou non. J’ai acquis certaines bases, j’ai fondé mes propres règles, mais de là à savoir ce que je ferai si j’en avais un en face de moi (je n’en ai jamais vu…), disons que tout reste pour le moins incertain.
Chacune de mes heures me semblait absolument semblable à la précédente, malgré les efforts de mes parents pour me changer les idées. Je n’avais, honnêtement, plus goût à rien. Je suis ainsi parti quelques mois plus tard chez ma tante (du côté maternelle, et qui, je devais l’avouer, ne s’entendait pas vraiment avec elle, d’ailleurs), lui faisant promettre de ne jamais dire où j’étais. La vie était certes moins confortable là bas, mais au moins, elle ne me disait pas comment il fallait que je me tienne, et tout n’était pas acquis sans un minimum d’efforts. Ma tante était vieille fille, et ainsi, elle devait se débrouiller seule. Je la regardais faire chaque jour, notant chaque différence entre ce que je voyais avant, et ce à quoi j’assistais désormais. J’avais fini par prendre son nom de famille, oubliant presque totalement celui d’origine. Je savais que mes parents me cherchaient, morts d’inquiétudes. Mais j’avais besoin de prendre mes distances pour ne pas mourir d’ennui et de facilité. Je pense que tout ça m’avait mis en tête cet esprit de tout obtenir par moi-même, ce qui fait que j’agis comme ça aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, j’ai vécu pendant environ 5 ans ainsi, commençant moi-même à travailler pour l’aider, enchaînant des petits boulots stupides, sans intérêts, mais qui me donnaient un bref aperçu de ce qui m’attendrait plus tard… Mais là encore, quelque chose clochait. A chaque fois, je devais « faire ceci », « faire cela », et cela me pesait. Je ne supportais pas les ordres. Je ne les supportais plus. J’avais trop été enfermé dans ce moule « d’enfant sage et gâté », et je voulais enfin sortir de tout ça. Alors, encore une fois, je suis parti de « chez moi », sans rien dire. Egoïste, mais tellement nécessaire. Les quelques années qui suivirent furent synonyme de précarité, même dans cette partie du monde si riche et reluisante. J’avais l’avantage de faire plus vieux que je ne l’étais à cet âge, et je pouvais donc travailler à ma guise, me payant de temps à autre une nuit quelque part, et puis parfois même pour quelques mois un logement. J’étais devenu presque totalement indépendant. Mais… Toujours un mais… Ces « mais » qui ont rythmé ma vie revenaient encore et encore. Parce que là encore, ça ne me suffisait pas. Ces travails m’assuraient une relative liberté, parce que personne ne se permettait de me donner des ordres. Peut-être parce que je travaillais suffisamment bien pour qu’il n’y en ait pas besoin, ou alors tout simplement parce que mon tempérament se lisait dans mon regard. Ca devait certainement être un mélange des deux. Pourtant, là encore, j’avais l’impression d’être bloqué dans une cage, enfermé dans un étau. J’avais encore et toujours besoin de plus. Très rapidement, j’avais fini par ne plus donner signe de vie, encore une fois… J’avais à peu près vingt ans quand je « refis surface », reprenant de temps à autres le contact avec mes proches, sans pour autant aller les voir, ou leur donner de quoi me rendre visite. Des lettres, par ci par là, mais rien de plus. Je restais souvent évasif, pesant mes mots avec précaution, ne révélant jamais un seul indice sur l’endroit où je me trouvais. Et pour cause, je changeais de lieu bien plus que nécessaire. Je ne savais pas vraiment pourquoi, je ressentais ce besoin d’à chaque fois tout reprendre. Je ne me faisais pas passer pour quelqu’un d’autre, jamais. J’avais même gardé le nom de ma tante, et ce n’était pas un secret pour ceux qui me côtoyaient avant que je disparaisse à nouveau pour réapparaitre autre part. Je commençais à chercher un travail qui me laisserait suffisamment de liberté, où je serai mon propre patron… Je n’avais pas trop de choix : Je n’avais pas d’argent pour monter une boite, et de plus n’avais aucune idée du secteur qui pourrait m’intéresser. Au fur et à mesure, j’avais fini par faire les poches aux passants pour m’assurer de quoi vivre. Vol à l’étalage, vol à la tire, tout cela devenait mon quotidien, mais je ne m’en plaignais pas ; pour la simple et bonne raison que là, je faisais enfin réellement ce que je voulais, et ce quel que soit le moment. Je n’avais pas d’interdits, à aucun instant. Puis, cette idée de tout gagner par soi-même me revenait en tête. Je dirai même plus, elle m’obsédait. C’est à cette période de ma vie que je commençais à envisager ma future profession : Voleur. J’avais depuis peu acquis la technique pour passer inaperçu, et j’avais bien décidé d’en profiter. Pendant des mois, j’améliorai mes techniques, et développai ma discrétion, mon agilité, et ma dextérité. Chaque serrure contenait un secret, et mon envie, c’était de le découvrir. Elles commençaient à presque toutes céder, me laissant l’accès libre à ce qu’elles protégeaient. Et c’était à chaque fois un sourire fier et satisfait qui se dessinait sur mes lèvres. Toujours, toujours plus… Sincèrement, mon « job » avait fini par être bien payant ! La preuve dans le fait que maintenant, ma maison est plus spacieuse que celle de mon enfance (et ce, même si je n’ai absolument rien à faire dedans, et qu’elle est quasiment vide, tout du moins de vie), et que niveau argent, je n’ai aucune plainte à émettre. C’est dans tout cela que réside le cœur, la raison même de ma vie… C’est là que je sens vraiment que j’ai ce à quoi j’ai toujours aspiré. Et aujourd’hui, je suis bien. Vraiment.

Autres : /
Revenir en haut Aller en bas
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: Re: Zachary Ehdge   Ven 5 Mar - 16:53

Bonjour!! C'est une très belle fiche que tu as faite là! Un voleur dans les rues de Wan ça va faire de l'activité! Wink

Je te valide donc et te souhaite un bon jeu parmi nous!

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Zachary Ehdge   Ven 5 Mar - 17:01

Merci beaucoup Very Happy
Heureux que ça plaise Wink

Et oui, avec ça, va falloir faire attention à ses poches Wink
Revenir en haut Aller en bas
Mitsuko Kokia

Jolis yeux turquoises

avatar


Féminin Origine : Din
Localisation : Din
Occupation : Survivre dans les rues de Din
Opinion politique : Souhaite une égalité entre Wan et Din mais ne s'implique pas dans tout ça
Fiche : Mon histoire
Messages : 392

MessageSujet: Re: Zachary Ehdge   Ven 5 Mar - 17:04

Oui, je vais surveiller les miennes! Wink

_________________
J'ai reçu 4 roses: 3 par Bakura, 2 par Mico, 1 par Kami
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Zachary Ehdge   

Revenir en haut Aller en bas
 

Zachary Ehdge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» In the water, we can fly ♥ [PV: Zachary]
» Sur les toits, sous la pluie [PV: Zachary Faraway]
» Zachary Hamos [Poufsouffle]
» [Zachary] J'avais juste besoin de m'éloigner, me défouler... ~Partie 1
» être plus con, ça n'existe pas... (+) ZACHARY.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wan~Din :: Le commencement :: Registre de la population :: Registre de décès-